Dans le Jardin des mots

Poésie et prose, prose et poésie, au gré des mots, au fil du temps…

-  » L’ombre de la lyre « , lecture sur France Musique

https://www.youtube.com/watch?v=KpkMt5jEud8

L’ombre de la lyre 

- M’entendez-vous ma douce amie

M’entendez-vous dans ce lointain

Je suis cette muse endormie

Qui disparut un beau matin

- Mais où est donc mon tendre ami, vous qui manquez

À mon cœur  attristé. Depuis votre départ

J’erre en vain en plein désert sans communiquer

Et me perds dans de vains méandres aléatoires

- M’entendez-vous dans ce lointain

Entendez-vous cette complainte

Les enivrés vers argentins

De cette lyre en demi-teinte ?

- Il me semble reconnaître un air délicat

Un air que j’ouïs jadis en des temps heureux

Un air mélodieux dédié à Lorca

Une musique aimante, cet air chaleureux

- Me reconnaissez-vous mon amour

Je suis votre muse, l’ami

L’élu de votre cœur-velours

Ce respectueux insoumis 

- Est-ce vous mon bel ami, amour de ma vie

Est-ce votre lyre dans laquelle mon âme

Se mire et que mes poèmes orphelins convient

À venir raviver de leur défunte flamme ?

- Je suis bien cet être espéré

Celui qui sied à votre cœur

Cet homme qui ose espérer

Que vous ne soyez pas en pleurs

- Mes larmes sont de joie, mes pleurs sont de bonheur

Vous étiez dans mon cœur, vous faites ma liesse

Venez à moi séant et composons en chœur

Une mélodieuse harmonie de tendresse

- Je suis là, je suis en votre âme

Ma mie, ma plume vous inspire

Ce beau sourire sur la gamme

Envoûtée par ma tendre lyre

             * * *

Les ifs du cimetière sont dressés et veillent

Sur ces tombes parallèles en marge du monde

Dans l’aube qui s’éveille un pâle et blond soleil

Tente de réchauffer ces âmes vagabondes

Le vent tente en vain de balayer les nuages

Teintant d’une brume de spleen mes pensées

Dans ce jour si fébrile le gris paysage

Épouse la nuit du cœur dans son odyssée

Les ombres avancent tels des fantômes pressés

Les murs humides se rapprochent de concert

Enserrant mes peurs en mon esprit délaissé

La mort et son mystère errent entre deux allées

Et mon  âme vagabonde en marge du monde

Où l’oubli n’a pas court dans un cœur mutilé

© Monique-Marie Ihry – 11 Octobre 2010 – Texte déposé, reproduction interdite

Mise en musique G. Delerue, lecture Véronique Sauger Directrice des Contes du jour et de la nuit sur France Musique

lyreoiseau.gif

 Mise en image sur Youtube par Yves Richer :

http://www.youtube.com/watch?v=KpkMt5jEud8

 

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour