Dans le Jardin des mots

Poésie et prose, prose et poésie, au gré des mots, au fil du temps…

Archive pour la catégorie 'Poèmes traduits en arabe'

 » Au banquet de la vie  » traduit et commenté par le Pr Mohamed Salah Ben Amor

Posté : 8 novembre, 2017 @ 12:37 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français, Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

 » Au banquet de la vie «  poème de Monique-Marie Ihry – Montpellier –France : commentaire de Mohamed Salah Ben Amor

 

                              I

 

J’ai à peine consommé au banquet de la vie

Je n’ai point tout à fait mis fin à cette envie

De m’éveiller chaque matin

Dès le chant de l’aurore abreuvée d’espérance

Emportée par les mots, oubliant ma souffrance

Portée par mes rimes satin.

 

Il sera toujours temps de replier mon aile

Quand l’aube venue ma dernière chandelle

Viendra en silence mourir

Éteignant cet espoir qui animait mon âme

M’emportant vers mon sort comme une vieille femme

Que l’hiver soudain vient flétrir.

 

                              II

 

Je pars pour un voyage aux confins de la mort.

Mes bagages sont prêts, je m’incline sur ce sort

Que Satan lui-même m’impose.

Je n’ai que trop vécu, souvenirs très pesants,

Des boulets que l’on traîne au désespoir des ans

Imposant une vie morose.

 

Le voyage sera court, je vais vers mon destin

Il n’est plus de demain, je pars vers l’incertain

Voguer sur l’onde du mystère

Dans la brume du soir, où le soleil se meurt

Où les jours sont des nuits, où règne la laideur

Dans un antre crépusculaire.

 

Nul besoin de bagage aux confins de la mort,

Sur ce triste rivage, arrivée à bon port

Satan me tendra une rose

Aux épines dressées qui tacheront de sang

Mon âme virginale, me livrant au croissant

D’une faux affutée, éclose.

 

                             III

 

Adieu mes livres, mon crayon, mes cahiers

Je dois abandonner tous les plaisirs premiers

Qui édulcorèrent ma vie.

Je ne verrai plus l’aube et sa douce senteur

Ni la rosée des bois, son parfum enchanteur

Enivrant ma lente survie.

 

Adieu mon amour, mon amant, mon ami,

Dans le soir triomphant le soleil a faibli

Et le jour se métamorphose.

Dans l’affreux crépuscule la lune va mourant,

Mon cœur au son du soir capitule, se rend,

Il est temps de faire une pause.

 

Une pause bien longue empreinte de rancœur

Un aller sans retour vers un monde sans fleur

Où n’éclot que la verte épine

Où l’aurore n’est que noire car le soleil n’est plus

Où la vie est un leurre et les rêves superflus,

Dans les cieux la mort assassine !

IV

 

Je n’ai rien consommé au banquet de la vie

Et voilà que s’éteint mon élan de survie.

Dans le silence de la nuit

Ma dernière chandelle avorte au son du glas.

Je ne reverrai plus au jardin les lilas,

Ton sourire et le jour s’enfuit…

 

Il est temps de partir, de replier mon aile

Tel un oiseau blessé au gémissement frêle.

J’abandonne ma plume aux vents

Et me laisse emporter par le Diable et sa fougue

Au mystère des cieux, les mains liées au joug

De l’enfer, ses sables mouvants…

 

© Monique-Marie Ihry – 9 septembre 2015 –

 

Commentaire de Mohamed Salah Ben Amor :

 

Que s’est-il passé ? Est-ce bien Monique-Marie Ihry qui a écrit ces vers ? Ou bien elle nous parle par la voix d’une autre ? Ou encore c’est elle qui les a écrits mais dans un moment passager de désespoir comme cela arrive à chacun d’entre nous ? Depuis plus de quatre ans déjà, elle nous a habitués à afficher dans ses poèmes un bonheur sans nuage et un optimisme sans faille, s’abandonnant de toute son âme au plaisir de la vie et regardant l’avenir d’un œil serein et confiant. Mais voilà que l’horizon s’obscurcit contre toute attente et l’univers tout entier se métamorphose en un lieu funèbre sur lequel pèse une atmosphère de deuil et de larmes ! Quoi qu’il en soit, ce poème montre à quel point le poète lyrique – et Monique-Marie en est l’une des meilleures représentantes – est fragile et friable et il suffit d’un rien pour qu’il change d’un état à un autre tout à fait contraire, d’un accord harmonieux avec l’univers à une rupture totale avec lui comme on le constante dans le cas présent .Le grand poète tunisien de tous les temps Aboulkacem Chebbi (1909 -1934) qui nous a gratifiés d’un bon nombre de poèmes reluisants dans lesquels il a chanté la vie (le titre de son unique recueil portait justement le titre de Chants de la vie) n’a-t-il pas écrit aussi ces vers tragiques sous l’effet d’un pressentiment de départ imminent ?

« Calmez-vous ô blessures ! Taisez-vous ô chagrins ! L’époque des lamentations et le temps de la folie Sont révolus Le matin a point derrière les siècles Et le rugissement des eaux derrière les ténèbres Le matin et le printemps de la vie m’ont appelé Et leur appel m’a fait trembler le cœur Qu’il est irrésistible cet appel ! Il n’est plus question pour moi de rester dans ces lieux Adieu ! Adieu !Ô montagnes des tourments ! Ô défilés de l’enfer ! Ô collines de la tristesse ! Ma barque a pris le large dans les eaux profondes de l’océan J’ai levé la voile, adieu ! Adieu ! »

Mais si le contexte de l’énonciation est le même, Chebbi, à la différence de Monique-Marie, voit dans ce départ une délivrance du gouffre terrestre tandis qu’elle l’appréhende comme une perdition irréversible et que l’au-delà se réduit à ses yeux uniquement à l’Enfer.

 

Cependant, connaissant parfaitement les caractéristiques de l’âme lyrique dont surtout le changement constant de l’humeur, nous ne serons point surpris de voir notre poétesse dans ses prochains écrits renouveler sa confiance en soi et en l’avenir et reprendre goût à la vie. Stylistiquement, ce poème, grâce au ton de sincérité dont il est empreint, à ses images finement ciselées et à ses sonorités bien rythmées a atteint comme la plupart de ceux qui l’ont précédé un haut degré de poéticité.

 

في وليمةِ الحياةِ : شعر: مونيك ماري إهري – مونبوليي – فرنسا – تعليق : محمّد صالح بن عمر

1

لم أكدْ أذقْ شيئًا من وليمةِ الحياةِ

لم أضعِ البتّةَ حدًّا لهذه الرّغبةِ في أن أستيقظَ كلَّ صباحٍ

منذ أن يرفعَ الفجرُ الرّيّانُ أمَلاً عقيرتَهُ بالغناءِ

محمولةً على أجنحةِ الكلماتِ،

ماحيةً من ذاكرتي ألمي،

تسيرُ بي قوافيَّ في حذاءٍ من السّاتانِ.

سيكونُ لي دائمًا ما يكفي من الوقتِ لأطويَ جناحي

حين ينبلجُ الفجرُ وتلفظُ شمعتي الأخيرةُ أنفاسَها

مطفئةً ذلك الأملَ الذي كان يحدو روحي

حاملةً إيّاي إلى قدري

كعجوزٍ أنهكَ الخريفُ قواها بغتةً

2

أنا راحلةٌ إلى تخومِ الموتِ

وقد هيّأتُ أمتعتي واستسلمتُ لمصيري

الذي حدّدَهُ لي إبليسُ نفسُهُ.

لقد طالتْ حياتي أكثرَ ممّا ينبغي

و أضحتْ ذكرياتي أكثرَ ممّا يُحتملُ

وهذه الأثقالُ التي أجرُّها على وقعِ يأسِ السّنينَ

فارضةً عليَّ أن أعيشَ حياةً كئيبةً.

سيكونُ الرحلةُ خاطفةً وستكونُ وجهتي مصيري المحتومَ

لم يعدْ ثمّةَ غدٌ

ها أنا أسيرُ نحوَ المبهمِ

مبحرةً على متنِ موجةِ الأسرارِ والألغازِ في خضمِّ ضبابِ المساءِ

حيثُ تقضي الشّمسُ نحبَها

وحيثُ الأيامُ ليالٍ

وحيث يسودُ القبحُ في عرينِ الغروبِ.

لا حاجةَ هناكَ إلى أمتعةٍ في تخومِ الموتِ

فحين أصلُ إلى غايتي بتلكَ الضفّةِ الغارقةِ في الأحزانِ

سيمدُّ إلىَّ إبليسُ وردةً

تضرّجُ أشواكُها النّاتئةُ روحي البتولَ بالدّماءِ

وتسلّمُني إلى نصلِ منجلٍ محدّدٍ فاغر الفمِ

3

وداعًا يا كتبي ويا قلمي وكرّاساتي

عليَّ أن أتركَ جانبًا كلَّ ملاذِّي الأولى

التي أدخلت البهجةَ على حياتي

لن أرى الفجرَ ولن أتنفّسَ رائحتَهُ الذّكيّةَ

ولا رائحةَ ندى الغاباتِ السّاحرةَ

تلك التي تغذّي تعلّقي على رخاوتِهِ بالحياةِ

وداعًا أيّها الحبُّ وداعًا يا حبيبي ويا صديقي

في المساءِ المنتصرِ خارتْ قوى الشّمسِ

وها إنّ النّهارَ يتغيّرُ تمامًا

في المساءِ الفظيعِ سيقضي القمرُ نحبَهُ

وعلى رنينِ صوتِهِ يُلقي قلبي سلاحَهُ ويستسلمُ

فقد آنَ الأوانُ لأستريحَ

استراحةً طويلةً مشحونةً بالضّغينةِ

سيكونُ ذهابًا بلا إيّابٍ إلى عالمٍ لا زهورَ فيه

عالَمٍ لا يتفتّحُ فيه إلاّ الشّوكُ الأخضرُ

عالمٍ لا شمسَ فيه والفجرُ فيه أسودُ حالكٌ

عالمٍ الحياةُ فيه وهمٌ والأحلامُ لا طائلَ منها

وفي سماواتِهِ يحلّقُ الموتُ الزّؤامُ.

4

لم أذقْ شيئًا في وليمةِ الحياةِ

وها إنّ شعلةَ تعلّقي بالحياةِ تنطفئُ

في صمتِ اللّيالي

وشمعتي الأخيرةَ تجهضُ على دقّاتِ جرسِ الموتِ

لن أرى مرّة أخرى في حديقتي اللّيلكَ ولا ابتسامتَكَ

وها إنَ النّهارَ يلوذُ بالفرارِ

لقد حانَ وقتُ الرّحيلِ

وقتَ طيِّ جناحي

كعصفورٍ جريحٍ مختنقِ الأنينِ

ها إنّي أتركُ قلمي للرّيحِ

وأسلمُ قيادي لإبليسَ الأهوجِ ،

لألغازِالسّمواتِ

مقيّدةَ اليدينِ بأصفادِ جهنّمَ

ومن تحتي رمالُها المتحرّكةُ .

 

تعليق : محمّد صالح بن عمر :

ماذا حدث يا ترى ؟ أ هي حقّا مونيك التي كتبتْ هذه الأبيات؟ أم هي تتحدّثُ بلسان امرأة أخرى ؟ أم هي التي كتبتها لكنْ في لحظة يأس عابرة مثلما يحدث لأيّ إنسان ؟

فمنذ أكثر من أربع سنوات عوّدتنا هذه الشّاعرة في قصائدها على إظهار سعادة قصوى لا تشوبها شائبة و تفاؤل بالآتي لا مثيل له .فلا نراها إلاّ مقبلةً بكلّ جوارحها على الحياة ، ناظرة إليها بعين الطّمأنينة والثّقة .لكنْ ها إنّ الأفق يدلهمّ فجأة ويتحوّل الكون بأسره، دون سابق إنذار، إلى مأتم يخيّم عليه جوّ من الحِداد والبكاء .

ومهما يكن السّبب في هذا الذي حصل فهذه القصيدة تبيّن إلى أيّ حدّ يتّصف الشّاعر الغنائيّ بالهشاشة وسرعة الانكسار وأنّ أدنى حدث يمكن أن ينقله من النّقيض إلى النّقيض ، من وفاق كامل مع الكون إلى قطيعة تامّة معه أو العكس ،مثلما نلاحظه في هذه الحالة التي نحن بصدد معاينتها .أ أ لم ينشئ أبو القاسم الشّابيّ (1909 – 1934 )- مثلا- أكبر شاعر تونسيّ في كلّ العصور قصائد ذات نبرة مأسويّة نبعت من إحساسه بقرب المنيّة بعد أن أتحف القرّاء بعدّة قصائد مشرقة تغنّى فيها بالحياة (ولهذا الغرض اختار لديوانه عنوان أغاني الحياة ) ؟

من ذلك على سبيل المثال هذا المقطع الشّهير:

اسكُنِي يا جراحْ

واسكتي يا شجونْ

ماتَ عهدُ النّواحْ

وَزَمانُ الجنونْ

وأطلَّ الصَّباحْ

مِن وراءِ القُروُنْ

مِنْ وراءِ الظَّلامْ

وهديرِ المياهْ

قد دعاني الصَّباحْ

وَرَبيعُ الحَيَاهْ

يا لهُ مِنْ دُعاءُ

هزّ قلبي صداهْ

لَمْ يَعُد لي بَقاءْ

فوق هذي البقاعْ

الودَاعَ! الودَاعَ!

يا جبالَ الهمومْ

يا هضَبابَ الأسى !

يا فِجَاجَ الجحيمْ

قد جرى زوْرَقِي

في الخضمِّ العظيمْ

ونشرتُ الشراعْ

فالوَداعَ! الوَداعْ

لكن إذا كان المقام التّلفظي هو نفسه فإنّ الشّابّي قد رأى في رحيله عن الدّنيا إنقاذا له من الهوّة الأرضيّة ،على حين تنظر إليه مونيك لرحيلها هنا على أنّه ضياع نهائيّ لا عودة منه وأنّ الآخرة تُختزل من منظورها في جحيمٍ أبديّ .

على أنّنا لمعرفتنا الدّقيقة ما تتّسم به الذّات الغنائيّة من تقلّب مزاجي مستمرّ لن نستغرب إن رأينا الشّاعرة في قصائدها القادمة تسترجع ثقتها في نفسها وفي المستقبل وتستعيد ما فقدته من لذّة الحياة.

من النّاحية الأسلوبيّة بلغت هذه القصيدة درجة عالية من الشّعريّة بفضل نبرة صاحبتها الصّادقة والصّور المؤثّرة التي صاغتها والإيقاع الدّاخلي المتسارع الذي يرافق قارئها من البداية إلى النّهاية.

 

 

 

 

Aux confins de la nuit (traduit et commenté par le Pr Mohamed Salah Ben Amor)

Posté : 1 septembre, 2017 @ 4:00 dans Critique littéraire, Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

Poème du jour : Aux confins de la nuit
Par : Monique-Marie Ihry

 
L’été repliait son manteau fleuri de sève,
L’automne déployait son jupon flamboyant
Sur le massif en deuil, désolé, larmoyant
Dans le balai d’un soir où la mort plante un glaive.

C’était la fin d’un jour, un amour qui s’achève
Et dans la tombe ouverte à l’automne assaillant
Des feuilles défuntes, réunies, sommeillant
Gémissaient en silence en plainte sourde et brève.

Dans le noir crépuscule aux confins de la nuit
Une lune voilée aux accents de tristesse
Entamait un refrain de profonde détresse.

L’été était parti, l’amour s’était enfui
Et dans mon cœur rompu aux refrains d’une larme
Se perdaient mes rêves dans le vide et son charme…
© Monique-Marie Ihry – 2 mai 2014

 

L’une des constantes principales de la poésie de l’auteure de ce texte est l’utilisation symbolique massive des éléments naturels que l’on voit présents dans presque tous les vers. Néanmoins, c’est sur des éléments temporels que s’est focalisée, cette fois, son attention et sur lesquels elle a érigé la fondation de son poème .Ces éléments ont été distribués sous forme de deux dualités dont l‘une , étant plus vaste ( Eté/Automne ), englobe l’autre, plus restreinte ( Jour/Nuit) .D’autre part , elles n’ont pas été appréhendées dans leur dimension concrète mais dans la phase minime de transition où l’automne commence à prendre la relève de l’été, laquelle est une sorte de passage lourd et pénible à supporter par les âmes sensibles comme celle de l’auteure, du fait de leur prédisposition à la mélancolie et aux appréhensions du futur immédiat .D’où ce flot d’images évoquant la tristesse , le regret, l’angoisse et dont la plupart ont été conçues sur la base de la personnification (massif en deuil, désolé, larmoyant – la mort plante un glaive – dans la tombe ouverte à l’automne assaillant des feuilles défuntes – lune voilée aux accents de tristesse – un refrain de profonde détresse ).Mais , il n’y s’agit que d’une simple projection de l’état d’âme de la poétesse sur le paysage naturel qu’elle décrit dans ce laps de temps bien déterminé.Et elle le dit d’ailleurs expressément : (dans mon cœur rompu aux refrains d’une larme se perdaient mes rêves dans le vide et son charme ).Et le mot « charme » qui peut apparaître ici, à première vue, comme un intrus montre que la beauté n’est nullement liée à la joie et que bien de paysages tristes sont esthétiquement fascinants. Nous avons encore beaucoup à dire sur ce poème mais notre commentaire s’est trop allongé. Arrêtons-nous donc et invitons les lecteurs à dégager le reste.

على تُخوم اللّيلِكان الصّيفُ يطوي مِعطفَهُ الزّاهِرَ المضمَّخَ بالرّحيقِ
وكان الخريفُ ينشُرُ جِلبابَهُ المُلتهِبَ
على المُرتفَعِ الجَبَلِيِّ القَفْرِ الدّامعِ العينين المُتلَفِّعِ بثوبِ الحِدَادِ
في خِضَمِّ مساءٍ جارفٍ يغرسُ فيه الموتُ سيفَهُكانتْ تلك نهايةَ نهارٍ، لحظةً لفظَ فيها حُبٌّ أنفاسَهُ
وفي القبرِ المفتوحِ للخريفِ الدّاهِمِ
كانت أوراقٌ شَجرٍ ميّتةٌ متلاصقةٌ منغمسةً في نومها
تئنُّ في صمتٍ مُرسِلةً شكوى مختنِقة الهمهماتِفي المغيبِ الدّامسِ على تُخوم اللّيلِ
كان ثمّةَ قمرٌ مُتَحَجِّبٌ حزينُ النّبراتِ
قد أخذَ يردِّدُ مُستغيثا أغنية رتيبةً تدمي القلوب

كان الصّيفُ قد رحلْ
والحُبُّ قد فرْ
وفي قلبي المُتمرِّسِ بنغماتِ الدّمعِ الرتيبة
كانت أحلامي تتلاشى في الفراغِ و سِحْرِهِ

مونيك ماري إهري – شاعرة فرنسيّة

Le chant du cygne, poème commenté et traduit en arabe par le Pr Mohamed Salah Ben Amor

Posté : 18 août, 2016 @ 12:51 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français, Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

 » Le chant du cygne  », poème traduit en arabe et commenté par le Professeur Mohamed Salah Ben Amor

Qu’il en soit remercié !

http://alaqwal.com/2016/08/17/chant-cygne-monique-marie-ihry/

Ce poème est extrait du recueil  » Au chant du cygne « , Éditions Edilivre, en vente sur amazon.fr, la Fac, Chapitre, …

 

 

COUV au chant du cygne                             

I

La mort, tel un oiseau de proie
Déploya ses ailes immenses.
Ses serres avec véhémence
Griffèrent l’harmonie de soie
Recouvrant les vagues azur
D’ombres argentées, lumineuses.
De ses longues ailes flâneuses
L’oiseau de mort au regard dur
Fendit le bleu miroir de l’onde,
Puis rebondit d’un coup de rein
Vers les hauts cieux faits d’airain
Laissant mon âme vagabonde
Voguer, pour un temps seulement,
Un temps de répit sur la vie,
Rien qu’un court instant de survie
Avant la nuit, fatalement…

II

L’oiseau de mort revint frôlant
Ma barque frileuse amarrée.
Je le regardai, effarée,
Verser son filet nonchalant
Sur mes espérances ultimes.
La mer eut des relents de sang,
Puis l’onde se grisa d’encens
En m’attirant dans ses abîmes…

III

Dans l’antre de la mer, enfin
Je crus entrevoir la lumière ;
Elle me parut familière.
J’étais à deux doigts de la fin
C’était si doux dans l’onde claire.
Un tapis d’algues m’accueillait,
La mort sereine me cueillait
Telle la fleur abécédaire
D’un dictionnaire des décès.
J’eus soudain très envie de vivre,
Me libérai d’un élan ivre
D’entre les mailles du corset.

IV

Une fois parvenue au jour,
Libérée du carcan liquide
Orchestré par la mort, son vide,
J’osai espérer un amour
Qui viendrait orchestrer mon cœur.
Je priai pour que cette vie
Vogue au-delà de la survie
Et verse enfin dans le bonheur !

V

Dans le ciel scintillait la Lune
Entourée d’astres lumineux,
Tous les nuages charbonneux
Avaient déserté la nuit brune.
La mort rangeait ses longs filets
Sur le sable grisé de cendre.
Une brise légère et tendre
Chantonnait au soir ses couplets,
Refrain chaleureux sur la toile
De l’univers. Je m’endormis
D’un sommeil aux rêves ravis,
Loin de la mort et de son voile…

VI

Je m’éveillai sur une plage
Baignée d’un soleil chaleureux.
Les grands pins voguaient bienheureux
Entre les vagues d’un nuage.
Le ciel soudain se fit azur,
Un cygne écrivit un long vers,
Un signe inscrit sur l’univers
Pour louer la vie, un futur…

VII

Le cygne fendait l’eau, majestueux et beau
Dans le crépuscule s’éveillaient les étoiles
Dissipant peu à peu les brumes de leur voile
L’ange dans les cieux semblait bénir les flots

Au loin l’on entendait des chevaux les sabots
Le bruit de leur course dans le soir automnal
Finit par agonir de ses pas en rafale
Dans le silence azur d’une nuit sans tombeaux

Le cygne blanc nageait au rythme de la lune
Dont le chant bienveillant aux notes opportunes
Charmait l’onde sereine et comblait d’infini

Le monde s’endormait dans la blonde harmonie
D’une paix recouvrée, remettait à demain
L’enfer du souvenir, ses fers, son venin

 

Commentaire de Mohamed Salah Ben Amor 

 

La première remarque qui se dégage de ce poème autobiographique écrit à la première personne du singulier , est que son auteure, habituée formellement aux poèmes de longueur moyenne, a éprouvé cette fois le besoin d’utiliser le poème très long ( 80 vers ).Et la cause de ce changement est qu’elle tente de faire un bilan de son existence d’adulte ,qui se compose, selon ses dires, de deux étapes distinctes : la première était marquée par l’infortune et la cruauté du destin et dans la deuxième, qui se poursuit au présent, elle a trouvé la quiétude et le bonheur. Cette division nette du parcours de la locutrice l’a aidée à bien traiter son texte esthétiquement. Et ce, en usant simultanément de deux procédés majeurs : la technique de la temporalité et la métaphorisation .Ainsi, pour mettre en évidence l’atrocité de la première étape et la bien séparer de la seconde, elle a utilisé le symbole de l’oiseau de mort et le flash-back, tandis que dans la deuxième étape qu’elle présente comme pleine de bonheur, elle a choisi le symbole contraire du cygne et le temps présent.

La deuxième remarque à faire est que tous les événements relatés ici se passent à l’intérieur de la locutrice d’où le caractère purement psychologique du poème qui offre au lecteur une sorte d’auto-analyse introspective plongeant, d’abord, dans la mémoire pour réveiller des souvenirs obscurs douloureux formant un véritable cauchemar ensuite dans l’esprit éveillé pour décrire les sentiments de bien-être et de sérénité que l’auteure éprouve au temps de l’énonciation. Un poème magistral qui retrace admirablement une bonne partie de l’itinéraire individuel de la poétesse et qui séduit par l’originalité de ses images et la charge émotionnelle de ses mots.

 

 

 

 

Figures poétiques du monde, Tome I par le Professeur Mohamed Salah Ben Amor

Posté : 4 décembre, 2014 @ 7:04 dans Poèmes en français, Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

 

Ce livre qui m’est dédié et écrit par le Professeur Mohamed Salah Ben Amor vient tout juste de sortir. Il s’agit du premier tome d’une anthologie bilingue français/arabe intitulée  » Figures poétiques du monde « .

 

COUVERTURE LIVRE MOHAMED ARABE FRANCAIS

 

«  Vient de paraître aujourd’hui aux Éditions Ichraq à Tunis dans une édition luxueuse le tome I de mon nouveau livre bilingue français/arabe intitulé Figures poétiques du monde consacré à la poète Monique-Marie Ihry .Ce tome de 200 pages format 16/24 comporte une biographie de la poétesse, une étude sur sa poésie , vingt-sept de ses poèmes commentés, sept poèmes traduits vers l’arabe et un album photos en couleur retraçant son parcours . « 

                                                                                                                                                                                                           Mohamed Salah Ben Amor

 » Aux confins de la nuit « , poème traduit en arabe par le Professeur Mohamed Salah Ben Amor

Posté : 1 septembre, 2014 @ 5:38 dans Poèmes en français, Poèmes traduits en arabe | 1 commentaire »

aux confins de la nuit

Aux confins de la nuit

L’été repliait son manteau fleuri de sève
L’automne déployait son jupon flamboyant
Sur le massif en deuil, désolé, larmoyant
Dans le balai d’un soir où la mort plante un glaive

C’était la fin d’un jour, un amour qui s’achève
Et dans la tombe ouverte à l’automne assaillant
Des feuilles défuntes, réunies, sommeillant
Gémissaient en silence en plainte sourde et brève

Dans le noir crépuscule aux confins de la nuit
Une lune voilée aux accents de tristesse
Entamait un refrain de profonde détresse

L’été était parti, l’amour s’était enfui
Et dans mon cœur rompu aux refrains d’une larme
Se perdaient mes rêves dans le vide et son charme

© Monique-Marie Ihry – 2 mai 2014

على تُخوم اللّيلِ

كان الصّيفُ يطوي مِعطفَهُ الزّاهِرَ المضمَّخَ بالرّحيقِ
وكان الخريفُ ينشُرُ جِلبابَهُ المُلتهِبَ
على المُرتفَعِ الجَبَلِيِّ القَفْرِ الدّامعِ العينين المُتلَفِّعِ بثوبِ الحِدَادِ
في خِضَمِّ مساءٍ جارفٍ يغرسُ فيه الموتُ سيفَهُ

كانتْ تلك نهايةَ نهارٍ، لحظةً لفظَ فيها حُبٌّ أنفاسَهُ
وفي القبرِ المفتوحِ للخريفِ الدّاهِمِ
كانت أوراقٌ شَجرٍ ميّتةٌ متلاصقةٌ منغمسةً في نومها
تئنُّ في صمتٍ مُرسِلةً شكوى مختنِقة الهمهماتِ

في المغيبِ الدّامسِ على تُخوم اللّيلِ
كان ثمّةَ قمرٌ مُتَحَجِّبٌ حزينُ النّبراتِ
قد أخذَ يردِّدُ مُستغيثا أغنية رتيبةً تدمي القلوب

كان الصّيفُ قد رحلْ
والحُبُّ قد فرْ
وفي قلبي المُتمرِّسِ بنغماتِ الدّمعِ الرتيبة
كانت أحلامي تتلاشى في الفراغِ و سِحْرِهِ

مونيك ماري إهري – شاعرة فرنسيّة

 » Le chant du cygne  » traduit en arabe et commenté par le Pr Mohamed Salah Ben Amor

Posté : 27 juin, 2014 @ 11:14 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français, Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

cygne étang

I.       Le chant du cygne

(Traduit et commenté par le Professeur Mohamed Salah Ben Amor)

I

 

La mort, tel un oiseau de proie

Déploya ses ailes immenses.

Ses serres avec véhémence

Griffèrent l’harmonie de soie

Recouvrant les vagues azur

D’ombres argentées, lumineuses.

De ses longues ailes flâneuses

L’oiseau de mort au regard dur

Fendit le bleu miroir de l’onde,

Puis rebondit d’un coup de rein

Vers les hauts cieux faits d’airain

Laissant mon âme vagabonde

Voguer, pour un temps seulement,

Un temps de répit sur la vie,

Rien qu’un court instant de survie

Avant la nuit, fatalement…

 

II

 

L’oiseau de mort revint frôlant

Ma barque frileuse amarrée.

Je le regardai, effarée,

Verser son filet nonchalant

Sur mes espérances ultimes.

La mer eut des relents de sang,

Puis l’onde se grisa d’encens

En m’attirant dans ses abîmes…

 

III

 

Dans l’antre de la mer, enfin

Je crus entrevoir la lumière ;

Elle me parut familière.

J’étais à deux doigts de la fin

C’était si doux dans l’onde claire.

Un tapis d’algues m’accueillait,

La mort sereine me cueillait

Telle la fleur abécédaire

D’un dictionnaire des décès.

J’eus soudain très envie de vivre,

Me libérai d’un élan ivre

D’entre les mailles du corset.

 

   IV

 

Une fois parvenue au jour,

Libérée du carcan liquide

Orchestré par la mort, son vide,

J’osai espérer un amour

Qui viendrait orchestrer mon cœur.

Je priai pour que cette vie

Vogue au-delà de la survie

Et verse enfin dans le bonheur !

            

                V

 

Dans le ciel scintillait la Lune

Entourée d’astres lumineux,

Tous les nuages charbonneux

Avaient déserté la nuit brune.

La mort rangeait ses longs filets

Sur le sable grisé de cendre.

Une brise légère et tendre

Chantonnait au soir ses couplets,

Refrain chaleureux sur la toile

De l’univers. Je m’endormis

D’un sommeil aux rêves ravis,

Loin de la mort et de son voile…

 

VI

 

Je m’éveillai sur une plage

Baignée d’un soleil chaleureux.

Les grands pins voguaient bienheureux

Entre les vagues d’un nuage.

Le ciel soudain se fit azur,

Un cygne écrivit un long vers,

Un signe inscrit sur l’univers

Pour louer la vie, un futur…

 

  VII

 

Le cygne fendait l’eau, majestueux et beau

Dans le crépuscule s’éveillaient les étoiles

Dissipant peu à peu les brumes de leur voile

L’ange dans les cieux semblait bénir les flots

 

Au loin l’on entendait des chevaux les sabots

Le bruit de leur course dans le soir automnal

Finit par agonir de ses pas en rafale

Dans le silence azur d’une nuit sans tombeaux

 

Le cygne blanc nageait au rythme de la lune

Dont le chant bienveillant aux notes opportunes

Charmait l’onde sereine et comblait d’infini

 

Le monde s’endormait dans la blonde harmonie

D’une paix recouvrée, remettait à demain

L’enfer de la guerre, ses fers, son venin

 

©  Monique-Marie Ihry    -  10 juin 2014  -

 

II. Traduction de ce poème par le Professeur Mohamed Salah Ben Amor

 

غناءُ البَجَعَة شعر : مونيك ماري إهري

21 juin 2014, 18:26

غناءُ البَجَعَة

شعر : مونيك ماري إهري

 

كطائرٍ كاسرٍ

يفتحُ الموتُ جناحيْهِ العظيمين

ويُنشِبُ مخالبَهُ بكلِّ عنفٍ 

في التّناسقِ الحريريِّ

مُغطّياً الأمواجَ السّماويّةَ اللّونِ

بظلالٍ فضيّةٍ مُضيئةٍ.

طائرُ الموتِ ذو النّظرِ القاسي

يَفْري بجناحيه الطّويلين المتسكِّعيْن  

زرقةَ مرآةِ الموجةِ الهوائيّة

ثمّ بحركةٍ جَنْبِيّةٍ

يرتدُّ إلى السّمواتِ العليا

التي قُدَّتْ  من البرُنْزِ  

تاركًا روحي شريدةً  

تسبحُ لفترةٍ فحسبُ

لفترةِ هُدنةٍ مع الحياةِ

للحظةٍ قصيرةٍ

أنجو فيها من الموت

قبل أن يُسدلَ اللّيلُ  

سُدُولَهُ القاتلة  

 

كانت البجعةُ تفري الماءَ  مَهِيبةً جميلة

وكانت النجومُ تنهض من نومها في الغروبِ

هاتكةً شيئا فشيئا حجابَها الضّبابيّ

وكان الملاكُ في السّمواتِ كأنه يبارك سيولَ الماءِ

 

كانت حوافرُ الخيولِ تُسمعُ من بعيدٍ

وقد آل الأمرُ بوقعِ ركضها في المساءِ الخريفيِّ

إلى الاحتضارِ هو وخطاها العاصفةُ

في السّكونِ الأزرقِ

سكونِ ليلةٍ لا مقابرَ فيها

 

كانت البجَعةُ البيضاءُ تسبحُ على وقعِ القمرِ

الذي يسحرُ غناؤه الأنيس ذو النغمات المتناسقة

الموجة  المطمئنّةَ ويغمرُها بالمطلقِ

 

كانت الدنيا  غارقةً في النومِ وسطُ تناغمِ أشقرَ

تناغمِ راحةٍ مُستعادةٍ  تؤجِّلُ إلى غدٍ

جحيمَ الذّكرى وسلاسلَها وسمومها

III. Commentaire du Professeur Mohamed Salah Ben Amor, critique littéraire tunisien

إنّ أوّلَ ملاحظةٍ تَعِنُّ لقارئِ هذه القصيدةِ التَّرْجَذاتيَّة ( نسبة إلى التّرجمة الذّاتيّة )المكتوبة بلسان المتكلّم هي أنّ صاحبتها – وقد عوّدتنا  شكليّا على كتابة القصائد المتوسّطة الطّول –  قد أحسّت هذه المرّةَ بالحاجة إلى النّوع المفرط الطول ( ثمانون بيتا  ترجمنا منها هنا  أربعا وثلاثين) . ومردُّ هذا التّغيير إلى أنّ الشّاعرة   تروم تقديم صورة تأليفيّة لمسيرتها  الشخصيّة في عهد الكهولة. وهي تتألّف، حسب أقوالها،من مرحلتين متباينتين : كانت سمةُ الأولى سوءَ الحظّ  وقساوةُ القدر وفي الثّانية التي تتواصل حتّى اليوم وجدت السّعادة والسّكينة .هذا التّقسيم الواضح لمسيرة المتكلّمة قد أعانها على حسن معالجة نصّها فنّيّا .وهو ما لاح  خاصّة في استخدامها على نحو متزامن أسلوبين أساسيْن : التّقنية الزّمنيّة والاستعارة .وهكذا فلإبراز فظاعة المرحلة الأولى والفصل بينها وبين الثّانية وظّفت رمز طائر الموت والومضة الورائيّة ، على حين اختارت في الثّانية التي قدّمتها على أنّها طافحةٌ هناءً وسعادةً رمزا ضديدا هو البجعة والزّمن الحاضر لا بالمعنى التّصريفيّ بل بالمعنى الواقعيّ الإجرائيّ.والملاحظة الثّانية هي أنّ معظم الأحداث المرويّة  تدور في باطن المتكلّمة .وهو ما جعل القصيدة تتنزّل في اللّون النّفسانيّ وتقدم للقارئ ضربا من التّحليل الذّاتيّ الاستبطانيّ يغوص أولا في  الحافظة لاستنهاض الذّكريات المظلمة الأليمة التي تؤلّف في مجموعها كابوسا ثقيلا ثمّ في العقل اليقظ لوصف ما تحسّ به الشّاعرة من هناء وطمأنينة  في زمن التلفّظ .  إنّها قصيدة فائقة  الجودة ترسم بأسلوب يبعث على الإعجاب مرحلة مهمّة من مسيرة الشّاعرة في الحياة وتأسر القارئ العِرِّيف بصورها المبتكرة وبالشحن العاطفيّة التي تختزنها كلماتها.

 

La première remarque qui se dégage de ce poème  autobiographique écrit à la première personne, est  que son auteure, habituée formellement aux poèmes  de longueur moyenne, a éprouvé cette fois le besoin d’utiliser le poème très long ( 80 vers ).Et la cause de ce changement est qu’elle  tente de faire un bilan de son existence  d’adulte , qui se compose, selon ses dires,  de deux  étapes distinctes : la première était marquée par l’infortune et la cruauté du destin et dans la deuxième, qui se poursuit au présent, elle a trouvé la quiétude et le bonheur. Cette division nette du parcours de la locutrice l’a aidée à bien traiter son texte esthétiquement. Et ce, en usant simultanément de deux procédés majeurs : la technique de la temporalité et la métaphorisation .Ainsi,pour mettre en évidence l’atrocité de la première étape et la bien séparer de la seconde, elle a utilisé le symbole de l’oiseau de mort et le flash-back,  tandis que dans la deuxième étape qu’elle présente comme pleine de bonheur, elle a choisi le symbole contraire du cygne et le temps présent.

 

La deuxième remarque à faire est que tous les événements relatés ici  se passent à l’intérieur de la locutrice d’où le caractère purement psychologique du poème qui offre au lecteur une sorte d’auto-analyse introspective plongeant, d’abord, dans la mémoire pour réveiller des souvenirs obscurs douloureux formant un véritable cauchemar ensuite dans l’esprit éveillé pour décrire les sentiments de bien-être et de sérénité que l’auteure éprouve au temps de l’énonciation.

 

Un poème magistral qui retrace admirablement une bonne partie de l’itinéraire individuel de la poétesse et qui séduit par l’originalité de ses images et la charge émotionnelle de ses mots.

 » Au chant des vagues « , traduit par le Pr. Mohamed Salah Ben Amor

Posté : 23 mai, 2014 @ 6:24 dans Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

Au chant des vagues Par :Monique-Marie Ihry

23 mai 2014, 17:32

 

إلى غناء  الأمواج

شعر: مونيك ماري إهري – شاعرة فرنسيّة

 


تعالَ خُذْ يدي

ولْنمْضِ إلى غناءِ الأمواجْ

تعال نحتفي بحُبِّنا

ونتحرَّرُ من قيودِ الزّمنْ

تعال نتمتّعُ معا بعذوبةِ اللّحظةْ

نرمي بأنفسِنا في لُجِّ البحر

وننزلُ حتّى أعماقِ الأمواجْ

 

هيّا معي نغنّي أغنيةَ الحياةْ

ونهدهدُ حُبَّنا

على موجةِ المياهِ الشّقراءْ

في أفقِ حُلْم من الأحلامْ

لنشرَبْ حتّى الرَّواءْ

من المساءْ

لنشربْ على نَخْبِ رحيقِنا

لنسْكُرْ قبل أن يرحلَ النّهارْ

 

غدا ينزلُ اللّيلُ

لأنّ الأرضَ تهذي

وسيفنى الحُبُّ

لأننّا سنرحلُ عن هذه الدّنيا

وهو أمرٌ مؤسفْ

لأنّه من الأفضلِ

أن يواصلَ البحرُ ملاعبتَه للموجْ  

 

 

هيّا معي نغنّي أغنيةَ الحياةْ

 ولنسكُبْ حبَّنا

في هذه الكأسِ اللاّزورديّةِ

على  مشارفِ هذا الحُلمِ

هيّا معي نتحرَّرُ من قيودِ المساءْ

لنقبَلْ هذه الهُدنةْ

ولنسْكُرْ بكلِّ شيءٍ

فالموتُ يحُثُّ نحونا الخُطى  

 

Au chant des vagues 

Par :Monique-Marie Ihry    

 

Viens et prends cette main, allons au chant des vagues

Célébrer notre amour, libérons-nous du temps.

Ensemble et dévêtus profitons de l’instant,

Jetons-nous dans la mer, allons au creux des vagues.

 

Allons chanter la vie et berçons notre amour

Sur l’onde de flots blonds dans l’horizon d’un rêve

Abreuvons-nous du soir, buvons à notre sève

Enivrons-nous avant que s’achève le jour

 

Demain il fera nuit car la Terre divague

L’amour sera fini car nous ne serons plus

Et c’est bien regrettable… Il aurait mieux valu

Que la mer continue à jouer de la vague.

 

Allons chanter la vie et versons notre amour

Dans cette coupe azur aux confins de ce rêve,

Délivrons-nous du soir, acceptons cette trêve,

Enivrons-nous de tout, c’est la mort qui accourt !

 

(Texte déposé, reproduction interdite)

Ne vous en déplaise ! (Traduit en arabe par le Pr. Mohamed Salah Ben amor)

Posté : 8 mai, 2014 @ 4:17 dans Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

Mon poème « Ne vous en déplaise ! » traduit en arabe

par le Professeur Mohamed Salah Ben Amor

26 avril 2014, 20:14

أعجبكُمْ أم لم يُعجبكم

شعر: مونيك ماري إهري – شاعرة فرنسيّة

 

 

يؤاخذوني أحيانا

على كتابتي ب » ماءِ الورد ».

وقد يتّفقُ أن أجْرُؤَ

وهذا من حقوقي المشروعةِ

إنّي أضربُ عَرْضَ الحائطِ

بالانتقاداتِ

وأستخفُ بالمنتقدين والنَّقَدَةِ

أولئك الذين يتمنّوْن  

أن يكونَ الشّعرُ  مُظلما

 حالكَ السّوادِ

لقد أدّيْتُ اليمينَ

على هيكلِ الحياة  

أن أجوِّدَ الرّغبةَ

تحت سمَوَاتٍ أرْحمَ

أن أغنّي للأفجارِ

حيث تتفتّحُ الوردةُ الجميلةُ  

وهكذا أجرؤُ

أن أقصّ عليكم هذه الحكايةَ

 

يؤاخذونني أيضا

على استعمالِ القوافي في شعري  

إلى الذين من قوافيَّ يكتئبون

وبشعري ينشغلون

 أقولُ بصوتٍ عالٍ

لتذهبوا إلى الجحيمِ

ولتنضمّوا إلى جحافلِ السّاخرين

أغنّي إذن للوردةِ

وأزيّنُها بقافيةٍ

فكذلك أفصحُ عن فكرتي

وأجرؤٌ على التّصدّي للنّقادِ

الذين يتمنّون تحويلي

إلى كلبٍ معترفٍ لهم  بالجميل

إنيّ شاعرةٌ أكاديميةٌ

وعاقدةٌ العزمَ على أن أبقى أكاديميّةً

وعلى أن أقصَّ حكايةَ الوردةِ

وعلى ألاّ أتزحزحَ عن ثوابتي

و أن أجرؤ على الانسراحِ

وراء خيالي الجامحِ   

 

أعجبكُمْ هذا أم لم يُعجبكم

 

Ne vous en déplaise ! 

Par : Monique-Marie Ihry  

 

On me reproche parfois

D’écrire « à l’eau de rose ».

Il se trouve que j’ose

Et c’est là bien mon droit !

Je fais fi des critiques

Me moque des critiqueux

Ceux qui ont fait le vœu

De sombre poétique

Car j’ai prêté serment

Sur l’autel de la vie

De parfaire l’envie

Sous des cieux plus cléments

De chanter les aurores

Où éclot belle rose,

Et c’est ainsi que j’ose

Vous la conter encore !

 

On me reproche aussi

D’écrire avec des rimes…

À ceux que ça déprime

Et de moi se soucient

Je leur clame haut et fort

Qu’au Diable ils s’en aillent

Et qu’ensemble ils rejoignent

La horde des moqueurs…

Je chante donc la rose,

L’agrémente de rime.

C’est ainsi que j’exprime

Ma pensée et que j’ose

M’opposer aux critiques

Qui souhaitent me changer

En toutou obligé.

Je suis « académique »

Et j’entends le rester

Et je conte la rose

Et je persiste et j’ose

Ainsi me transporter

 

Ne vous en déplaise !

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Critique du Professeur Mohamed Salah Ben Amor

Si je me rappelle bien, c’est la première fois que l’auteure de ce poème écrit dans le genre satirique et évoque l’existence de détracteurs qui lui reprochent aussi bien le choix de ses thèmes que son style. Et si elle le fait, c’est que son écriture  a été réellement  l’objet  de diatribes de la part de certains esprits agressifs dans  son entourage culturel. Pour tranquilliser notre poète, je lui signale que le nombre d’articles qui ont été écrits contre ma personne jusqu’à ce jour et parus dans les journaux et revues  a dépassé les deux cent vingt. Et la plupart de ces articles émanent de poètes et d’écrivains dont les écrits ne me convainquent pas. Mais je ne me suis jamais senti  offensé ou blessé par ces attaques parce que je crois que l’essence même de l’art- Et la littérature en est un – est la pluralité de visions et de styles et que cette pluralité donne lieu nécessairement à des controverses qui peuvent  évoluer en des polémiques violentes .En plus de cela, je pense que  le meilleur produit artistique est celui qui surprend ou choque même  et non celui qui suscite l’indifférence et passe inaperçu. Examinons maintenant les critiques  dont notre poète a été la cible. La première est qu’elle écrit« à l’eau de rose » et n’aborde pas les thèmes de la misère humaine. Répondons aux auteurs de cette réprimande que l’écriture littéraire est de trois sortes : elle est tragique au cas où il y a une rupture entre l’âme de l’écrivain et l’univers, épique s’il y a une contradiction entre ces deux parties  et lyrique lorsqu’elles sont unies par un rapport de concordance .Et c’est ce dernier genre d’écriture qu’affectionne notre poète, tout simplement parce qu’il sied à son caractère et à sa situation .Quant au deuxième reproche qui est de pas suivre le courant de rénovation par l’adoption du poème en prose , disons tout de suite que cette critique  est aujourd’hui dépassée  à l’ère des sciences cognitives, neuroscientifiques et génétiques qui ont montré que la source la plus influente dans l’acte de création artistique est  la sensibilité  de l’artiste ,que celle-ci est innée et qu’elle varie entre deux extrêmes :le conservatisme et la novation. Ce qui est donc de plus normal que d’avoir une âme  classique. Par conséquence, le critère le plus objectif pour évaluer une œuvre d’art est de n’y tenir compte que de ses spécificités par rapport aux règles qui régissent le genre auquel elle appartient .Et de ce point de vue, disons, sans exagération aucune, que la poésie de Monique-Marie est bien conforme à son goût et à son vécu et qu’elle est l’une des meilleures dans le genre classique .

Posée sur un nuage (traduit en arabe)

Posté : 27 mars, 2014 @ 10:55 dans Poèmes en français, Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

posée sur un nuage mohamed

Traduit en arabe par le Professeur Mohamed Salah Ben Amor

 

26 mars 2014, 17:33

حاطّة على سحابةٍ

 

شعر : مونيك ماري إهري – شاعرة فرنسيّة

 

 

 

نسِيَتِ الطّعَناتِ ،دَفنتْ ألمَها

 

في هُوَّةِ القلبِ التي تغرَقُ فيها

 

دموعُ المهانةِ في صخبٍ

 

ثمَّ نذَرتْ إلى الموتِ

 

أسلحةَ الغمِّ وفِتنتَها الدّنيئةَ

 

 

 

فوق موجةِ القصيدةِ احتضنتِ الأملَ

 

وعلى  مياهِ البحرِ

 

 فرّتْ محلّقةً لا تلوي على شيءٍ

 

منقادةً وراءَ قافيةٍ جديدةٍ

 

أوحى بها إليها الحبُّ

 

 

 

لطالما طارتْ وراءَ المرارةِ

 

وراءَ وجَعِ الصّقيعِ

 

المتفشّي  في لحمِها الحيِّ

 

كان عليها أن تحيَى بعد كلّ ذلك اليأسِ

 

 

 

لقد حلَّقتْ  بعيدا، هروبا من الإهانةِ  

 

ولجتْ عالَمَ الشِّعرِ

 

ذلك الذي تعدِّلُه شمسٌ

 

 تبعثُ الحرارةَ في السّماءِ الصّافيةِ

 

كقلبٍ لا مثيل لنبضاتهِ

 

وأخذتّ تكتبُ تكتبُ

 

وهي  تعتلي سحابةً

 

 

 

في أعلى الحُلمِ

 

وقد حطّتْ بها الرِّحالُ

 

في متاهةٍ من سرابٍ

 

بعيدا عن الخِزْيِ والشَّنَارِ

 

بعيدا عن ليالي الأرقِ

 

وقد باركها القمرُ

 

وأسدى إليها نصائحَه الثّمينَةَ

 

كانت تغنّي للفجرِ

 

أغرودَتَه السّعيدَةَ  

 

 

 

كانت القوافي تسيلُ تحت قدميها

 

نحو البحرِ

 

كسُفُنٍ صغيرةٍ خفيفةٍ

 

هاربةٍ من الزّمنِ المُرِّ

 

حيث تذوي الزّهرةُ

 

تحت نَيْرِ الدَّناسةِ

 

 

 

 كانت  وقد تحصّنت من هذه الدّنيا

 

  فوق  سحابةٍ

 

تعيدُ تأليفَ ضفافٍ

 

لسماءٍ صافيةٍ

 

وقد هدهدتْها قافيةٌ

 

قصيدةٍ قادمةٍ   

 

 

 

Posée sur un nuage

 

[…]

                          I

 

Elle oublia les coups, enterra sa souffrance

Dans l’abîme du cœur où se noient en fracas

Les larmes de l’outrage, puis voua au trépas

Les armes du chagrin et leur vile attirance.

 

Sur l’onde d’un poème, elle embrassa l’espoir,

Sur les flots de la mer, d’une rime nouvelle

Inspirée par l’amour, s’enfuit à tire-d’aile…

Elle vola longtemps au-delà de l’amer

Par-delà la douleur des frimas de sa chair,

Il lui fallait survivre à ce grand désespoir.

 

                        II

 

Elle vola bien loin, s’évadant de l’outrage,

Entra en poésie où régnait un soleil

Qui réchauffait l’azur comme un cœur sans pareil.

Elle écrivit longtemps, posée sur un nuage.

 

Du haut de son rêve, perdue dans un mirage,

Loin de l’ignominie, de ses nuits sans sommeil,

Bénie par la lune et son précieux conseil

Elle chantait l’aube sous un heureux ramage.

 

Les rimes à ses pieds s’écoulaient vers la mer,

Petits bateaux légers fuyant le temps amer

Où s’étiole la fleur sous le joug de l’immonde.

 

Du haut d’un nuage, protégée de ce monde

Elle recomposait les rives d’un azur,

Bercée par la rime d’un poème futur…

 

©  Monique-Marie Ihry  - mars 2014  -

 

Extrait du recueil « Enfers » en cours de rédaction à paraître en 2014

Texte déposé

L’amour, la mer /الحبُّ ، البحرُ شعر : مونيك ماري إ هري – شاعرة فرنسيّة

Posté : 11 janvier, 2014 @ 7:45 dans Poèmes en français, Poèmes traduits en arabe | 2 commentaires »

Traduction de mon poème  » L’amour, la mer  » par le Pr. Mohamed Salah Ben Amor  

الحبُّ ، البحرُ شعر : مونيك ماري إ هري – شاعرة فرنسيّة

9 janvier 2014

 

الحبُّ ، البحرُ

شعر : مونيك ماري إ هري – شاعرة فرنسيّة

 

الحبُّ  سفينةٌ صغيرةٌ

تنسابُ بيضاءَ مع الماءِ

فوق أمواجِ الحياةِ الزّرقاءِ

مدفوعةً بوعدٍ أبديٍّ

 

الحبُّ  سفينةٌ صغيرةٌ

تهدهدُها أغنيةُ مياهِ البحرِ

تُؤرجِحُها الأمواجُ المتلاحقة

سكرَى اهتياجًا وجذَلا

غير مُبدِيةٍ أيَّ ضعفٍ

 

لكنَّ صدَفةَ الجوزِ الهشّةَ  

ذاتَ يومٍ عاصفٍ غرِقتْ

مسجِّلةً هذه الحكمةَ الأليمة  :

كلُّ حبٍّ عظيمٍ لا بدّ زائلْ

لن يبقى منه سوى وهمٍ خادعْ

وفي أصفى النّظراتِِ

يرتع الشُّؤمُ

ويزهو نحسُ الطّالِعْ   

 

الوداع يا سفينةَ القلبِ الصّغيرة

الوداعُ أيّتها الأحلامُ المقترفةُ جماعيّا

فالحياةُ ليست أحيانا

سوى منامةٍ مرّةٍِالطّعْمِ

ملقاةٍ أرضًا في ظلمةِ البحرِ   

           * * * *

L’amour, la mer  

 

L’amour est un petit bateau

Qui vogue blanc au fil de l’eau

Sur les vagues bleues de la vie

Dans une liesse infinie

 

Qu’il soit radeau, barque bohème

Il navigue dans un poème

Sur les flots heureux de l’amour

Dans la promesse d’un toujours

 

Bercé par la chanson des flots

Balancé au fil des rouleaux

Ivre d’émoi et d’allégresse

Ne fait pas montre de faiblesse

 

Mais, faible coquille de noix

Un jour de tempête se noie

Et sur la page d’un naufrage

Vient s’inscrire ce triste adage :

 

« Tout grand amour est éphémère

Un jour il n’est plus que chimère

Et dans un regard des plus purs

Errent des présages obscurs »

 

Adieu petit bateau du cœur

Adieu rêves commis en chœur

La vie est parfois songe amer

Gisant dans la nuit de la mer… 

 

©  Monique-Marie Ihry    -  Castres, le 6 juillet 2013  -

(d’après la chanson de Charles Trénet « Bateau d’amour »)

 

 

قَوَافٍ من سالفِ الأزمان / Rimes d’autrefois

Posté : 23 août, 2013 @ 10:11 dans Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

 

قَوَافٍ من سالفِ الأزمان / Rimes d'autrefois dans Poèmes traduits en arabe le-baiser-detail-300x291
قَوَافٍ من سالفِ الأزمان


على شفتيكَ ألمحُ إيذاناً بالفراق ،
ألمحُ ارتعاشةً خفيفةً
تسري في موجة المساءْ .
وأرى بعض الدّمعاتِ
تلتمعُ في عيني السّماءْ 


متأوّهة بين الأشجار .
لقد أسدلَ اللّيلُ سُدولَهُ
ودبّ البردُ في المفاصل .
أعلم أننا لن نذهب مرّة أخرى إلى الغابِ
لنقطف أعرافَ عنبِ الحياةِ الملوّنةَ

ها هي زهور الكآبة تُغلق تاجَها الاحتفاليَّ
ولم يبق في حديقتنا
سوى أولئك الصّاغة
سوى صباحات ميّتة
كانت تزهر فيها تلك الأشعار
وتلك القوافي العذبة
التي كنّا نكتبها معا

 

( مونيك ماري إهري ، شاعرة فرنسيّة )

 Ce poème que j’ai écrit dernièrement a été traduit en arabe par le Dr Mohamed Salah Ben Amor et publié dans une revue américaine. Qu’il en soit vivement remercié !

Rimes d’autrefois  

 

Sur tes lèvres j’entrevois un au revoir

Un léger frémissement sur l’onde du soir

Le ciel perle quelques larmes

Qui gémissent entre les arbres

Il se fait tard Il se fait froid

Je sais que nous n’irons plus au bois

Cueillir les sarments colorés de la vie

 

Les roses de mélancolie

Referment leur corolle de fête

ll ne reste en notre jardin

Que ces orfèvres et défunts matins

Où fleurissaient des mots poètes

Ces vers, ces douces rimes

Que jadis ensemble nous écrivîmes…

 

© Monique-Marie Ihry    -  21 août 2013 -

Métamorphose

Posté : 27 août, 2011 @ 7:56 dans Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

mtamorphose.jpg

 

 

Métamorphoseتحوّل شعر : مونيك ماري ايهري ترجمة : ابتسام ساسي

 

تحوّل

 

شعر : مونيك ماري ايهري

 ترجمة : ابتسام ساسي

كان الضّبابُ يحطُّ على المُسْتنقَعِ النائمْ

مُغْرِقا إياّه في سآمتِهِ ورتابتِهِ

وكانت  » آنا  » في الفجرِ الحالمْ

و لمّا يَزَلْ يَفْتَحُ جُفونَهُ و يَنْتَفِضُ من غَفْوَتِهِ

تُعاني غَمَّها الدّاهِمْ

أغصانُ صفصافٍ كانت تَلْتَمِعُ في جَلالْ

وبعضُ دُموعِ النّدى تَتَوقَّفُ لحظةً عن الانثيالْ

قبل أن تََسِيحَ مُجَدَّدًا معًا أَسِيفَةً

على وجهِ الفجرِ المُتَبَدّلِ الألوانِ والأشكالْ

هناك بعيدًا في السَّهْلِ الغائمْ

أجراسٌ تَدُقُّ دّقَّاتٍ مُتَتالِيَهْ

ساعاتٌ تَتْرَى مُتعانقةً هادئةً متواليهْ

مُوقِظةً العصافيرَ الواقفةَ على الأسْيِجَةِ نائمهْ

فتنطلقُ أسراباً في الفضاءِ الحالمْ

كان يومُ الأحدِ يستيقظُ في الرِّيفِ العَنْبَرِيْ

 وحِجابُ الضّبابِ الثقيلِ يُرْفَعُ بعد طولِ سُدُولِ  

فيُتِيحُ للنّظرِ مُعانقةَ الامتدادِ العنبريّ للحقولِ  

حيث تتََبَدّى سماءٌ يُغَشّيها مَخْمَلٌ عَسَليْ

 

ها قدِ امّحَى حِجابُ خريفِ القلبْ

 على وَقْعِ ذلك الفجِر البديعِ العذبْ

فإذا  » آنا  » تُلقي نِظرةً هادئةً على السّهلِ المُتناغي المُتَجاوِبْ

حيث كانت تَنْقَشِعُ سُحُبُ غَمِّها الغَالِبْ

©   Monique-Marie Ihry  -  2010 –

Poème traduit par Ibtissem Sassi

Métamorphose

 

La brume se posait sur l’étang endormi,

Imposait sa langueur et sa monotonie.

Dans l’aurore rêveuse qui s’éveillant à peine,

Ana tentait de composer avec sa peine.

 

Des branches du saule avec majesté perlaient

Quelques larmes de rosée faisant une pause

Avant de s’écouler en chœur avec regret

Sur le visage de l’aube en métamorphose.

 

Au loin dans la vallée, quelques cloches scandaient

Des heures paisibles qui s’égrenaient en chœur

Éveillant peu à peu les oiseaux dans les haies

Qui prenaient leur envol dans l’horizon songeur.

 

Dimanche s’éveillait dans la campagne ombrée.

Le lourd voile de brume s’était dissipé,

Offrant au regard l’étendue ambrée des prés

Où se mirait un ciel d’un velours miel drapé.

 

Le voile de l’automne du cœur s’effaça

Sous le charme de cette aurore d’apparat.

Ana posa un regard serein sur la plaine

Où s’évanouissait sa peine souveraine.

 

© Monique-Marie Ihry – 7 novembre 2010 -

(Poème en français extrait du recueil de poésie   » Le coeur d’Ana  » paru en 2013 que l’on peut se procurer sur amazon.fr)

 

 

Un arbre chante, un autre pleure / traduit en arabe par Ibtissem Sassi

Posté : 9 novembre, 2010 @ 9:16 dans Poèmes traduits en arabe | Pas de commentaires »

unarbrechanteautomne.jpg

Un arbre chante, un autre pleure شجرةٌ تغنّي … وأخرى تنوحْ /شعر : مونيك ماري إهري /ترجمة : ابتسام ساسي 

شجرةٌ تغنّي … وأخرى تنوحْ 

  

شعر : مونيك ماري إهري 

ترجمة : ابتسام ساسي 

   

في المسارب شجرةٌ تصدَحُ بالغناءْ 

 وأخرى تُطلِقً عَقيرَتَها بالعويلِ والأنينْ  

 الأوراقُ تَسَّاقَطُ ساعةَ أُفولِ المساءْ  

 كدموعٍ رماديّةٍ تُراقِصُ ألمَها الدفينْ  

 وسحائبُ حالمةٌ تُسْلِمُ الروحَ في السماءْ  

  

تتنهّد زافرةً قلقها 

 على هيئة لون مُوَحَّدٍ تَدَرُّجيٍّ  

 غائمٍ رماديٍّ ، داكنٍ ، قاتمٍ ، سَبَجِيٍّ  

 مُؤلِّفَةً بظلالها هذا المحيطَ الرماديَّ  

 الذي ينعكس في مرآة عينيَّ  

  

على حافةِ البُحيرةِ أُماشِي وَحدتي 

 المُضمَّخَةِ بالأحزانْ  

 هناك حيث كنّا في سالفِ عهدنا البعيدْ  

 نَمْخُرُ عُبابَ الموجِ السعيدْ  

  

وسفينةٌ الزمنِ تتهجَّى أسرارَ الفوارقِ الحَارِفهََْ 

 بين الألوانْ  

 في المساربِ المهجورةِ القَفْراءْ  

 مساربً روحٍ تَخْنُقُها العزلةُ القاتلِهْ  

 حيث اللطخاتً الذَّهبيَّةُ تحاذي اللمساتِ القِرمِزيَّهْ  

 والبُقَعُ الحمراءُ تُجاوِرُ الجُزُرَ الخضراءْ  

 مُتَجاهلةٌ جميعها السمواتِ الضارّةَ  

 وظلالََها السّامَّةَ المُنَكِّلَهْ

 © Monique-Marie Ihry    -  3 novembre 2020  -

Tous droits réservés 

 

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour