Dans le Jardin des mots

Poésie et prose, prose et poésie, au gré des mots, au fil du temps…

Archive pour la catégorie 'Poèmes en français'

Au fil de mai

Posté : 7 mai, 2017 @ 1:32 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

muguet parme

Au fil de mai 

 

Un pétale de lys navigue au fil de l’eau

Il glisse tel un cygne, sur le ballet de l’eau.

Légère à ses côtés, la libellule vole

Belle fée azurée penchée sur mon épaule.

Au fil, au fil du temps naviguent en un ballet

Sur l’onde de l’instant, au fil, au fil de mai

Nos cœurs amoureux, prémices d’un printemps

Sur l’onde de l’instant…

 

©   Monique-Marie Ihry    -  1er mai 2015  -

Texte déposé

Un seul jour…

Posté : 24 avril, 2017 @ 3:06 dans Chanson, Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

bailarin détail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un seul jour…  (chanson)

 

Je veux rêver de toi et côtoyer l’emphase

Sentir battre mon cœur en de parfaits accords

Vibrer comme la corde à l’archet de ton cœur

Gémir au son du cœur et sombrer dans l’extase…

 

Je veux rêver de toi, je veux rêver d’amours

Me perdre en tes secrets, me pendre à ton sourire

Te traîner à mes pieds, prendre sous mon empire

Ce rêve et mon désir, être aimée pour toujours…

 

Je veux rêver d’amour et côtoyer l’emphase

Me sentir près de toi, te réveiller à moi

Faire de toi l’esclave abonné à ma foi

Qui me fera vibrer dans une longue phase,

 

Une phase d’émoi, paraphrase du cœur

Ensemble nous boirons les nectars et leur lie

Nous nous enivrerons d’une belle folie

Et frôlerons la mort, la conjurant en chœur.

 

Je veux rêver de toi et croire en notre amour

Ce mirage lointain, cette page incertaine

Qui nous unit un soir près de cette fontaine

Où les rêves d’amour ne durent qu’un seul jour…

 

©  Monique-Marie Ihry    -  18 janvier 2016 -

toile de l’auteure intitulée  » Bailarin  » (détail) – Huile sur toile 92 x 73 cm -

 

Diaboliques

Posté : 30 mars, 2017 @ 12:07 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

au chant de l'automne V 60 x 40 cm

Diaboliques

Il en va des géniteurs comme des fléaux,

certains frappent toujours

de façon prévisible ou aléatoire,

c’est selon et ça fait mal.

Le diable a beau avoir plusieurs visages

les coups font toujours autant de ravages

sur les cœurs innocents.

 

On se croit capable de survivre au pire, mais le mal vous ronge inlassablement. On tente de s’abandonner aux joies éphémères de la vie, et puis, à défaut d’être en mesure de pardonner, on tente l’oubli…

 

© Monique-Marie IHRY

 

(4ème de couverture du recueil de poésie  » Telle la feuille au vent d’hiver  » à paraître en 2017,

tableau de l’auteure :  » Au chant de l’automne  » huile sur toile, 80 x 40 cm, exposé en ce moment à Narbonne)

A veces

Posté : 24 février, 2017 @ 11:43 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poemas en español, Poèmes en français | Pas de commentaires »

        A veces  

 

Me gusta pensar a veces

que estás a mi lado

        invisible

susurrándome la suave canción

        del viento…

 

© Monique-Marie Ihry    -  31 01 2017  – Derechos de autor

 fantasmagorie VI  60 80 cm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oleo sobre tela  » Fantasmagorie VI  » (2015) 80 x 60 cm

      

        Parfois

 

Il me plaît parfois de penser

que tu es à mes côtés

        invisible

me susurrant la douce chanson

        du vent…

 

© Monique-Marie Ihry  – 31 janvier 2017

                               

Les rochers de l’aube

Posté : 13 février, 2017 @ 2:55 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

florero 7  61  46

[...]

Où sont ces prés fleuris où les lys de leur robe

Venaient parer d’oubli le jour qui se dérobe ?

[...]

© Monique-Marie Ihry    – 1er mars 2013  -

 

(Extrait du poème  » Les rochers de l’aube « , toile de l’auteure intitulée  » Florero VII  » (1998), Huile et pastels, 61 x 46 cm)

Gangrène et choléra

Posté : 3 février, 2017 @ 12:13 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

 PARIS II 5 EFFEIL REVERBERE

Gangrène et choléra

 

 L’automne comme une gangrène

Ronge les arbres désolés

Les jours cléments s’en sont allés

Et la pluie larme sur la plaine

 

Le ciel très lentement égrène

Son long chagrin sur la vallée

Les arbres à la cime affolée

Gîtent sous le vent de la peine

 

La branche mise à nu a froid

La feuille à terre se lamente

Son agonie est lancinante

 

L’on entend au loin résonner

La haine au cri déraisonné,

La guerre comme un choléra

 

© Monique-Marie Ihry    −  3 décembre 2015 −

(Illustration de l’auteure intitulée  » Paris V  » (2016), encre de Chine et aquarelle)

Les mots bleus

Posté : 1 février, 2017 @ 12:46 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

Vénus 30 60 cm

Les mots bleus 

 

Voguer avec toi mon amour

sur l’onde de mots bleus,

ceux que l’on peint avec la joie,

ces mots des jours heureux

sous le soleil des rêves partagés.

Voguer avec toi mon cœur

sur un flot de mots joyeux

emportés par les rires

vers la rive bleue de l’âme,

oublier le monde et sa faconde

pour vivre intensément notre foi

rien que toi et moi

sur un îlot de paix

ne serait-ce qu’un seul jour !

 

© Monique-Marie Ihry    − 31 janvier 2017 −

(tableau de l’auteure intitulé  » Vénus  » (2016) huile sur toile 60 x 30 cm)

 

 

Nuit d’hiver

Posté : 8 janvier, 2017 @ 5:07 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | 2 commentaires »

hiver

Nuit d’hiver

 

Dans la nuit de l’hiver, la pluie verse son urne

Sur la rivière en pleurs qui flanche sous la peine.

C’est le soir qui se noie débordant sur la plaine,

Les étoiles trempées s’éteignent une à une.

 

Le vent en rafales s’infiltre entre les branches.

Le spleen larmoie, l’obscur gémit sa solitude

Et, dans la cheminée un feu par habitude

Tente de réchauffer l’heure aigrie qui s’épanche.

 

L’hiver se déchaîne saupoudre d’un manteau

De neige la plaine qui s’endort dans le soir,

Remettant à demain l’aurore d’un espoir.

Tout se calme s’endort au pays de Watteau…

 

©  Monique-Marie Ihry    -  6 décembre 2013  -

Lectures de poésie mondiale par le Professeur Mohamed Salah Ben Amor

Posté : 30 décembre, 2016 @ 8:00 dans Critique littéraire, Poèmes en français | Pas de commentaires »

lectude de poésie mondiale

Voici le dernier ouvrage publié par le Professeur et critique littéraire tunisien Mohamed Salah Ben Amor. 52 poèmes provenant de poètes appartenant aux 5 continents y sont commentés. J’ai pour ma part le bonheur d’y figurer avec mon poème  » Le chant du cygne « . Merci à lui !
Un très bel ouvrage.

http://online.fliphtml5.com/bmvk/pniu/#p=1

 

 

Sous un soleil de mai

Posté : 2 décembre, 2016 @ 10:02 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

Paris 23

 

Sous un soleil de mai

 

Tel un oiseau blessé dans un dernier envol

Je m’élance confiant, franchis le dernier col

Espère redescendre au creux d’une vallée

Là où la guerre enfin s’en est vraiment allée.

Mais mon aile brisée m’arrache un cri d’horreur

Ce n’est pourtant pas grave. En bas c’est la terreur

Je pense à tous ces gens qui moururent si jeunes

Pour eux tout est fini quand des autres déjeunent

Espérant résister à la peur qui les prend

Espérant profiter en étant transparents

En échappant ainsi à un gilet de bombes…

Et puis je vois passer une blanche colombe

Mon cœur s’empreint d’espoir. Je suis au dernier col

Le franchirais-je enfin dans ce dernier envol

Ou reviendrais-je en bas pour ne pas être lâche…

J’aperçois la vallée où la beauté se cache

Je fais un demi-tour et reviens sur mes pas

En bas c’est la terreur j’entends sonner le glas

Mon aile me fait mal mais je vole quand même.

Je m’élance confiant vers tous ces gens que j’aime

Promettant mon soutien, leur parle de l’oiseau

De la colombe blanche, d’Hélène et son fuseau

De l’espoir qui éclot comme une belle rose

D’amitiés qui se lient sous les pluies de ventôse

De la beauté du jour, du charme de la vie

Lorsque règne la joie et que la faux dévie.

L’amour est le plus fort soyez-en bien certains

Il nous promet encor de nombreux lendemains

Repoussera Satan en-deçà de la Terre

Évincera sa faux et son grand cimeterre

Puis nous retrouverons le baiser de la paix

Qui pansera nos cœurs sous un soleil de mai !

 

©  Monique-Marie Ihry – 2 décembre 2015

(Extrait d’un recueil de poésie, illustration de l’auteure)

 

De pierre et de papier

Posté : 11 novembre, 2016 @ 6:55 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

Sur les sentiers du coeur 33 x 41 cm

De pierre et de papier  

 

                    I

 

Je me suis fait un cœur de pierre

pour ne plus souffrir.

Je l’ai refermé avec une clef

que je garde éloignée de ma peine

entre deux livres serrée

sur une étagère.

Mais je sens déjà poindre en moi

le bourgeon d’une fleur

ouverte aux affres de la vie

offerte gracile à l’hiver.

Et la pierre de s’ouvrir

lentement mais sûrement

au gel du crépuscule

sous le regard impuissant

de Lune mon amie.

 

                    II

 

Le bois s’enflamme dans la cheminée

brûle dans le soir

brûle mon cœur

de peine froissé.

 

                    III

 

Mon cœur n’est pas de pierre

mes larmes sont d’amour

et la fleur à peine née

se meurt au cœur de la pierre

écartelée.

 

                    IV

 

À quoi sert cette clef

puisque le froid m’ébranle le cœur ?

À quoi sert la vie

sinon à souffrir ?

À quoi sert donc l’amour

puisqu’au jour le jour

il détruit…

 

                    V

 

Mon cœur est de papier,

fébrile il se consume

sur le bûcher du désamour.

Il n’est plus d’espérance

il n’est plus que cette souffrance

qui se répand en cendres

dans l’âtre bistre

de la vie.

 

                    VI

 

Je m’étais fait un cœur de pierre

pour ne plus souffrir.

Je l’avais refermé avec une clef

que je gardais éloignée de ma peine,

mais c’était sans compter

sur l’hiver, le gel éternel

du désamour

qui détruit les âmes tendres.

 

                    VII

 

Cœur de papier,

papier froissé

qui se consume

dans l’infortune du soir,

cœur fragilisé

pour avoir trop aimé…

 

© Monique-Marie Ihry    -  10 novembre 2016 -

(Toile de l’auteure  » Sur les sentiers du cœur   » (2016) – huile sur toile 41 x 33 cm -)

Aux rives du Canal du Midi

Posté : 9 novembre, 2016 @ 7:27 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

Canal du Midi IV Automne 40 x 40 cm

Aux rives du Canal du Midi

 

Une barque se pose aux rives du Canal,
L’aube fait une pause et la beauté du monde
Décline son aura dans le jour matinal,
Dans un silence azur tombe une feuille ronde

L’automne se balance à la branche menue,
Ballotée par le vent elle enfante une feuille
Qui vole dans les airs puis tombe sur l’eau nue,
C’est la saison jolie où l’aurore s’effeuille

Une barque posée aux rives du Canal
Se repose en silence auprès du grand platane,
Sa ligne rouge et verte aux reflets de cristal
Dans la vague de l’eau entame une pavane

L’automne se balance à la branche menue,
C’est la saison jolie où l’aurore s’effeuille
Lorsque le vent murmure à l’aube bientôt nue
La chanson des amours et que tombe une feuille

 

© Monique-Marie Ihry – 20 mai 2016 -

(Illustration de l’auteure :  » Canal du Midi IV, automne  » (2016), pastels)

Aube…

Posté : 7 novembre, 2016 @ 9:31 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

florero 5

Aube   

 

Une lueur opaline

descend du ciel doucement

Elle revêt d’une étole la rose

couronne le lys

d’une blanche harmonie

et, dans une grande pause

installe son charme délicat

dans la grâce heureuse

et lumineuse de l’instant

 

© Monique-Marie Ihry  – 1 mars 2016 -

( – Extrait du recueil  » Telle la feuille au vent d’hiver  » à paraître prochainement

   – Toile de l’auteure :  » Florero V  » (2003), technique mixte)

Novembre

Posté : 1 novembre, 2016 @ 8:31 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

florero azul  40  50

Novembre

 

Novembre et son cortège de chrysanthèmes,

requiem fleuri, hommage aux défunts

à ceux que l’on a tant aimés et qui ne sont plus,

nuages obscurs charriés par le vent de l’Est

crachant leur pluie sur les palmiers en berne,

mer agitée vomissant ses bateaux vers le large,

plages désertées fouettées par les vagues,

vague à l’âme dans la grisaille de l’aube,

amertume.

 

©  Monique-Marie Ihry    -  1er novembre 2016  -

(toile de l’auteure :  » Florero azul « , huile sur toile 50 x 40 cm)

Déluge

Posté : 31 octobre, 2016 @ 6:21 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

pensée 54  65

Déluge 

     

 I

 

Ô peine qui déluge

et déferle par la porte béante de l’âme…

Il est des jours où le regard longuement

ruisselle sa lente souffrance,

il est des peines intenses

que rien ne saurait tarir

sinon la chaleur d‘un possible.

 

II

 

Lorsque l’amour n’est plus

qu’une infime peau de chagrin,

qu’expirent les flammes

au foyer tari du souffrir,

quand l’espoir rompu aux braises

n’est plus que cendre

au cœur meurtri par l’insoutenable,

l’on s’achemine vaincu

dans le jour ensanglanté qui décline

vers le grand désert seul de l’habitude

où se pavanent des plantes sèches sans grâce

arborant en silence leurs grasses épines

avant de s’incliner sous les feux de l’astre solaire

comme on s’immole face à l’intolérable

lorsque l’espoir au cœur est amer

et que la douleur enfante l’ineffable !

 

© Monique-Marie Ihry    – 26 octobre 2016 -

(toile de l’auteure intitulée  » Pensée « , huile sur toile 54 x 65 cm)

12345...10
 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour