Dans le Jardin des mots

Archive pour février, 2024

Un verger en fleur

Posté : 13 février, 2024 @ 11:45 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

Un verger en fleur

Dans le petit village de Lorraine

à deux pas du village de mes ancêtres,

le verger en fleurs offre à l’aube

la magnificence de sa beauté.

Si le froid ne vient pas

d’ici quelques semaines

déposer sa robe de givre

sur le satin des blanches corolles,

les arbres enfanteront de nouveau

de nombreux fruits.

Un couple de cigognes

semble avoir élu domicile

sur le toit du grand château assoupi…

De gais rossignols enchantent de leurs trilles

le jardin de rosée s’éveillant paisiblement

dans la douceur matinale.

Les roses offriront bientôt

la grâce de leur robe

et la quintessence de leur arôme,

ajoutant à celle de la terre

encore humide du parfum de la nuit,

s’éveillant elle aussi, peu à peu,

dans la sérénité de mai

acquise aux promesses printanières.

 

© Monique-Marie Ihry  – 25 février 2023 -

Le rosier

Posté : 3 février, 2024 @ 9:29 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

vasilmaison.bmp

Le rosier

 

Dans la ville désertée de ses habitants,

les portes entre-ouvertes claquent au vent,

répondant à l’écho de volets malmenés

par les fracas de l’hivernale colère.

La ville a froid ; glacées sont les maisons

désormais sans âmes,

sans flammes au foyer des êtres enfuis

depuis plusieurs mois déjà, partis

rejoindre à pied les frontières de l’inconnu,

portés par la foi en un possible devenir.

N’ayant toujours pas compris

cet abandon sans préavis,

des chats faméliques entrent et sortent

par les portes tremblantes de l’aurore.

Les chiens hurlent leur détresse,

interpellent la mort, longuement.

Dans le petit jardin de la maison vide,

un rosier sans épines continue de fleurir malgré tout

offrant au monde la fragrance délicate

d’une vie que seul un obus pourrait anéantir.

La maison voisine affiche de profondes blessures.

La façade parcourue d’une plaie géante

laisse deviner la misère installée.

Des rossignols ayant élu domicile en ces lieux

viennent et vont, s’affairent pour nourrir leurs petits.

Généreuse, la maison efflanquée,

à défaut d’être habitée, laisse ces âmes pénétrer,

tout comme la vigne s’étant vaillamment épanouie

entre les pierres délabrées d’une petite chambre

abandonnée…

© Monique-Marie Ihry – 29 septembre 2020 –

 (Poème issu de mon recueil Les rimes interdites, hommage à Antonio Machado, Collection Plume d’ivoire n° 15, Cap de l’Étang Éditions, 2021)

COUVERTURE LES RIMES INTERDITES 18 mai 2021-page001 (3)

 

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour