Dans le Jardin des mots

Au cœur effeuillé

Au cœur effeuillé

Je l’ai connu au temps des roses. C’était le gai printemps lorsque fleurissent les baisers sur les lèvres des jeunes filles. C’était cette époque où l’on ose semer de fous baisers dans les sillons de l’espérance, avec toi muse, mon amour, lorsque fleurit tout l’or du printemps et que germent les roses sur les buissons de l’innocence, quand les arbres du printemps chuchotent encore de si douces choses… Les blanches roses dispensaient leur arôme dans la tendresse du matin. C’était au temps des roses belles, lorsque l’on ne soupçonne pas le chagrin lié aux peines de la romance, quand règne l’innocence au sein du bouquet de l’espérance…

Depuis, il y eut bien des automnes, leur cortège monotone. Il ne reste en notre jardin que ces buissons tristes et nus ayant fait vœu de pénitence. L’amour, les baisers se sont tus, il n’est plus qu’un chapelet d’épines au cœur effeuillé du matin…

 

COUVERTURE 1ere LA DERNIERE PAVANE

En el corazón desnudo 

 

 Yo lo conocí en el tiempo de las rosas. Era la alegre primavera, cuando florecen los besos en los labios de las jóvenes. Era esa época en la que osamos sembrar de locos besos los caminos de la esperanza, contigo, musa, amor mío, cuando brota todo el oro de la primavera y germinan las rosas en los matorrales de la inocencia, cuando los árboles de la primavera susurran aún sobre cosas tan dulces… Las blancas rosas entregaban su aroma a la ternura de la mañana. Era el tiempo de las bellas rosas cuando no sospechamos del dolor ligado a las penas del romance, cuando reina la inocencia en el seno del ramo de la esperanza…

 Después, hubo muchos otoños, con su cortejo monótono. No quedan en nuestro jardín más que arbustos tristes y desnudos que habían jurado penitencia. El amor, los besos se han callado, ya no queda más que un rosario de espinas en el corazón desnudo de la mañana…

 

 * * *

Poème extrait du recueil de poésie La dernière pavane / El útimo baile, Prose poétique de Monique-Marie Ihry traduite en espagnol par Ana Herrera, Collection Bilingue n° 1, Cap de l’Étang Editions, avril 2019

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour