Dans le Jardin des mots

Notre Dame

Notre Dame 

 

Mon front est rose encore de tes baisers fleuris effeuillant mon cœur sous le ciel de Paris. Et je frémis toujours quand sous la blonde lune les cloches carillonnent chacune une à une, me rappelant à toi, au chant du souvenir, quand au creux de tes bras j’étais prête à mourir.

Notre Dame sonnait, nous étions ensemble et la lune brillait. J’en défaille et je tremble… Connais-tu bien le manque ? Sais-tu les longues nuits à pleurer ton absence ? Lorsque scande minuit, dans mon âme le glas me saisit, me frappe, me terrasse, et le chant de la brume me drape d’un grand linceul pesant qui rajoute à mon mal, me projetant en pensée dans l’abîme fatal, un abîme sans toi, sans tes baisers de rose.

Dans le souffle du soir où tout se décompose, mon front s’émeut encore de tes baisers fleuris. Et dans mon cœur fané c’est l’automne qui sonne, me flétrit et résonne. L’hiver impose, à mon âme fredonne le long refrain de l’absence. Le givre m’étreint… Je sens la mort venir !

 

© Monique-Marie Ihry

Paris 6

 * * *

Notre Dame 

Mi frente está sonrosada aún por tus besos florecidos que desnudan mi corazón bajo el cielo de París. Y me estremezco siempre cuando bajo la negra luna las campanas repican una a una, llamándome hacia ti, en el canto del recuerdo, cuando entre tus brazos yo estaba dispuesta a morir.

Notre Dame sonaba, estábamos juntos y la luna brillaba. Desfallezco y tiemblo… ¿Conoces bien el vacío? ¿Sabes de las largas noches llorando tu ausencia? Cuando entona a medianoche, en mi alma ese toque de muertos se apodera de mí, me golpea, me vence, y el canto de la bruma me envuelve en una gran mortaja pesada que empeora mi mal, arrojándome de pensamiento hacia un abismo fatal, un abismo sin ti, sin tus besos de rosa.

Bajo el soplo de la tarde donde todo se descompone, mi frente se conmueve aún con tus besos floridos. Y en mi corazón marchito suena el otoño, me deja mustia y resuena. El invierno se impone, en mi alma tararea el largo estribillo de la ausencia. La escarcha me abraza… ¡Siento que llega la muerte!

 

© Prosa poética de Monique-Marie Ihry traducida al español por Ana Herrera

Extrait du recueil de poésie « La dernière pavane/ El último baile, Collection Bilingue n° 1, Cap de l’Étang Éditions, avril 2019

en vente sur amazon.fr

COUVERTURE 1ere LA DERNIERE PAVANE

 

2 commentaires »

  1. laploubelle dit :

    Très beau texte.

    Dernière publication sur Laploubelle : Pourquoi ne passeriez vous pas à la tondeuse manuelle ?

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour