Dans le Jardin des mots

« Blanche harmonie », poème commenté par le Pr. Mohamed Salah Ben Amor

Blanche harmonie

 

La neige tombait encore

Sur les arbres emmitouflés.

Dans mon cœur transi gonflé

D’ennui, fleurit une aurore…

 

Monique-Marie Ihry – 26 janvier 2012  -

 

* * *

 

« Le lecteur de ce haïku  est saisi par quatre  éléments  hautement poétisés : le premier est le parallélisme verlainien  établi entre  l’atmosphère neigeuse externe et l’état d’âme de la locutrice. Le second est la relation de cause à effet  qui relie ces deux  mondes : l’un concret  donc visible d’un côté, et l’autre abstrait  et par conséquent invisible de l’autre. Le troisième  est le caractère subjectivement vivifiant de la neige malgré sa substance glaciale. Le quatrième, enfin, est la  double métaphore imaginée par la poète pour décrire le changement qui a été accompli dans son monde intérieur sous l’effet de la neige (l’aurore pour la vivacité, et la fleur pour l’aurore),  sans oublier le caractère surprenant de cette dernière image  qui répond à l’une des règles poétiques du haïku.

En un mot,  ce joyau est petit de taille mais très précieux  de par sa valeur. »

 

Mohamed Salah Ben Amor

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour