Dans le Jardin des mots

Archive pour octobre, 2017

La muse noire

Posté : 16 octobre, 2017 @ 7:22 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

PARIS II 35

La muse noire

 

J’entrevis la triste muse des jours obscurs

en mon âme se faufiler.

Vêtue de noir et de présages

elle se glissa comme le vent,

insidieusement,

entre les failles de mon existence,

m’enlaça avec vigueur

de sa froide rigueur

projetant les filets de son ombre

sur la mare asséchée de mon inspiration.

Le jour s’éteint comme s’inclinent les étoiles

soumises aux vagues de l’orage.

Je m’enfuis rejoindre la page blanche de mon cœur

espérant me baigner à la source claire

d’un soleil généreux,

communiant avec le ciel

dans une même prière

à la chaleur recouvrée

de mes mots.

 

© Monique-Marie Ihry – 22 juillet 2017 –

(Poème faisant partie d’un recueil de poésie à paraître très prochainement, aquarelle de l’auteure)

Le baiser

Posté : 13 octobre, 2017 @ 11:04 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | 1 commentaire »

le-baiser-detail

Le baiser 

 

                         I


Puis vint le baiser

un baiser violent comme une exigence,

un de ces uniques baisers qui rend fou

ouvre une brèche,  un passage

dans un cœur asséché par les tourments de la vie,

un baiser qui suggère à la hâte des mots déments

griffonnés sur une nouvelle page,

défie la raison, ses démons,

anéantit chaque bonne résolution

et fait enfin sombrer dans le néant

les pensées obscures gisant dans l’antre insoumis du cœur.

C’était un baiser d’allégeance qui ressuscite

et suscite un nouvel élan impérieux,

un élan d’amour et de printemps

enfanté par la passion naissante d’un renouveau…

 

                          II

 

J’eus soudain envie de laisser faire la vie

de lâcher prise et d’oublier

l’ennui des jours tristes et lents,

ces moments faits de bistre

ces heures hantées par la métaphore

de la mort et de ses encore

modelés par le souffrir du martyr.

Je m’ouvris à ce baiser fougueux

semant à tout vent

dans les sillons jadis inféconds de mon cœur

les voluptueux pétales

d’un printemps éternel…

 

©  Monique-Marie Ihry    -  28 septembre 2017  -

(Extrait d’un recueil de poèmes d’amour à paraître en décembre 2017)

Et chavira mon coeur…

Posté : 4 octobre, 2017 @ 2:47 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | 1 commentaire »

ENCRE 24 (3)

 

Et chavira mon cœur 

 

Ses yeux paraissaient surgir de l’aurore.

Il était beau et semblait… Comment dire ?

merveilleux.

Mon cœur chavira soudain

dans les méandres de l’espoir.

Je me voyais côtoyant des chimères,

voguant sur l’onde de la mer

à cent lieues de mon défunt chagrin.

M’abandonner au vent en ses mains,

me laisser emporter par la vague

d’un non-retour devint à cet instant

le mirage d’un possible.

Je m’enfuis en rêve vers cet indicible

renonçant à ce monde tangible

poussée par les flots mystérieux

ayant surgi à la source claire de son regard,

un jour par hasard où l’aube rayonnait

dans la clairière infinie de ses yeux.

 

©  Monique-Marie Ihry    -  27 août 2015  -

(Extrait de mon recueil  » A l’encre sur ma peau « , Cap de l’Étang Éditions, 2018

illustration de l’auteure, encre de Chine)

COUV A L ENCRE SUR MA PEAU

 

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour