Dans le Jardin des mots

Poésie et prose, prose et poésie, au gré des mots, au fil du temps…

Archive pour juin, 2017

Pour toi

Posté : 23 juin, 2017 @ 6:17 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes courts, Poèmes en français | Pas de commentaires »

J’inventerai pour toi le jour,
bannirai de ton cœur l’ennui
et, sur la cime d’une tour
j’érigerai pour toi…  l’Amour.

© Monique-Marie Ihry  23 juin 2017 

Bel ami…

Posté : 16 juin, 2017 @ 1:29 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

Fervente supplique 48  56

Bel ami

 

Tu viens frapper à ma porte

mais que le diable t’emporte !

Qui part trop tôt revient trop tard

et tous ces cadeaux dérisoires

qui trônent sur ton front romain

n’égalent pas le romarin

de notre Méditerranée.

Adieu rêves sans destinée,

adieu poète au vers fanés,

adieu à ton cœur suranné,

qui part trop tôt revient trop tard

et dans mon cœur il se fait tard !

 

©  Monique-Marie Ihry    -  4 décembre 2010  -

texte déposé, toile de l’auteure intitulée  » Fervente supplique  » (2015) Huile 55 x 46 cm

Mourir d’un seul baiser

Posté : 9 juin, 2017 @ 3:29 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes courts, Poèmes en français | Pas de commentaires »

puesta del sol

puesta del solMourir d’un seul baiser

 

Mourir d’un seul baiser,puesta del sol

succomber à son cœur

au brasier du regard…

 

©  Monique-Marie Ihry – 25 février 2017 -

poème déposé

L’amante

Posté : 9 juin, 2017 @ 1:39 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

Que nenny ! 46 56 cm

 » Que nenny !  » – Huile sur toile 55 x 46 cm – (illustration de l’auteure)

L’amante


L’homme pense que la femme

est une étoile.

Il ne peut la cueillir,

lointaine, elle le dédaigne.

Ses doigts à trop se tendre

vers cette belle au voile d’or

finissent par se crisper.

Alors, fou de désir

il griffe l’écran du ciel

et l’étoile belle

l’ignore davantage

puis recule d’un pas agile

sur son piédestal…

La belle faite cristal

semble fragile,

scintille et tremble

comme pour échapper

à ce toucher bien maladroit.

L’homme tente une caresse

la couvre alors de ses baisers.

Elle, lointaine danseuse

à défaut d’être amoureuse

agite les voiles de sa robe

et puis dans l’aube

l’idole enfin s’incline

puis s’envole

d’un pas de deux et file

dans une farandole

à l’autre bout de la terre !

 

©  Monique-Marie Ihry    8 mars 2016 –

 

 

 

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour