Dans le Jardin des mots

« Au chant des vagues », commenté par le Pr. Mohamed Salah Ben Amor

Au chant des vagues 

 

Viens et prends cette main, allons au chant des vagues

Célébrer notre amour, libérons-nous du temps.

Ensemble et dévêtus profitons de l’instant,

Jetons-nous dans la mer, allons au creux des vagues.

 

Allons chanter la vie et berçons notre amour

Sur l’onde de flots blonds dans l’horizon d’un rêve

Abreuvons-nous du soir, buvons à notre sève

Enivrons-nous avant que s’achève le jour

 

Demain il fera nuit car la Terre divague

L’amour sera fini car nous ne serons plus

Et c’est bien regrettable… Il aurait mieux valu

Que la mer continue à jouer de la vague.

 

Allons chanter la vie et versons notre amour

Dans cette coupe azur aux confins de ce rêve,

Délivrons-nous du soir, acceptons cette trêve,

Enivrons-nous de tout, c’est la mort qui accourt !

 

* * *

 

« Dans ce poème de Monique-Marie il y a du nouveau : une influence bien claire, bien qu’elle soit peut-être insoupçonnée et involontaire, du grand poète persan Omar Khayyam ( 1048 – 1131 ) qui résume sa philosophie dans l’un de ses fameux quatrains en ces mots :

« Puisque tu ignores ce que te réserve demain, Efforce-toi d’être heureux aujourd’hui. Prends une urne de vin, vas t’asseoir au clair de lune, et bois, en te disant que la lune te cherchera peut-être vainement, demain. »

Ce à quoi correspond curieusement la conception de la vie chez notre poétesse, conception qu’elle exprime dans la dernière strophe où l’on trouve les mêmes éléments contextuels :  (clair de lune / soir – une urne de vin / coupe azur – bois / Enivrons-nous) ainsi que le même sens symbolique de cette évasion vers le plaisir de l’instant vécu et l’anticipation des beaux moments avant l’arrivée du jour fatidique où l’on fera nos adieux à ce monde :

Allons chanter la vie et versons notre amour

Dans cette coupe azur aux confins de ce rêve,

Délivrons-nous du soir, acceptons cette trêve,

Enivrons-nous de tout, c’est la mort qui accourt !

à cette différence, bien entendu, qu’Al Khayyam recommande expressément l’enivrement par le vin, tandis que notre poétesse propose de se lancer à corps perdu dans la quête de l’extase par le biais de l’Amour. Ce qui est en soi une différence capitale, car si le vin fait plonger l’individu  dans un monde  fermé, l’amour quant à lui, s’il est partagé  –  et il ne peut que l’être dans les circonstances décrites  par l’auteure  – suppose l’existence d’un échange entre deux partenaires, donc un monde bilatéral  où ne peuvent se mouvoir que deux êtres en harmonie totale. Le rêve est là pour pousser la béatitude à l’extrême. D’autre part, un autre élément toujours présent dans l’imaginaire de cette auteure est le retour inconscient aux sources lointaines de la vie représentées cette fois par la mer (allons au chant des vagues – Jetons-nous dans la mer, allons au creux des vagues), un retour qui trahirait, à vrai dire, un désir camouflé de retourner au paradis perdu qu’est la matrice de la mère.

Stylistiquement,  le cachet de la poétesse est, comme d’habitude, clair et net : un lyrisme romantique très expressif  mêlé à une sensibilité esthétique classique. Un autre joyau Monique-Marie ! »

 

Mohamed Salah Ben Amor

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire