Dans le Jardin des mots

Archive pour le 6 décembre, 2013

Extrait n° 2 du roman  » Mythomania sur le Net  » paru récemment (novembre 2013)

Posté : 6 décembre, 2013 @ 6:37 dans Extraits de romans déjà parus | Pas de commentaires »

RENCONTRE  (pp. 44-46)

[...]

En fait, il faut que je vous avoue quelque chose. Vous savez déjà que James m’a vue à deux reprises sous une autre identité. La vraie en fait, car je ne pouvais bien évidemment être que moi lors de notre rencontre. Imaginez ma surprise lorsque je l’ai vu se pencher vers la vitre de ma voiture la première fois ! Il n’avait pas la même tête que sur la photo de son profil. Il avait coupé sa barbe de Roi Mage, celle-là même qu’il arborait fièrement sur Internet. Il était donc méconnaissable, en pire ! En plus il a eu le toupet de me reprocher dans la foulée de ne pas ressembler à la photo que j’avais fait paraître sur ce site de rencontre, ce qui est très inélégant en soi. C’est vrai qu’elle datait de cinq ans et que je ne portais pas de lunettes à l’époque. En l’attendant dans ma voiture, histoire de m’occuper, je m’étais mise à faire des mots croisés et avais eu recours à mes prothèses oculaires pour la circonstance. Comme il n’arrivait toujours pas, j’avais entrepris de feuilleter mon agenda, histoire de passer le temps et de vérifier par la même occasion si je ne m’étais pas trompée de jour. Soudain j’ai entendu frapper à la vitre. Mon sang n’a fait qu’un tour lorsque je l’ai aperçu. J’ai lâché mon agenda et j’ai pris mon courage à deux mains.

« Jour ! Cela commençait bien, j’étais tombée sur un invétéré facteur d’onomatopées.

- Bonjour.

- Vous avez trouvé le chemin facilement ?

- Oui, pas de problème, répondis-je.

- J’voudrais pas dire mais il pleut.

- Je vous raccompagne à votre domicile tout de suite. Montez dans ma voiture. »

Je me disais bien que les beaux oiseaux ne mouillent pas, mais comme ce n’était pas son cas, je décidai de ne pas l’enlaidir complètement. J’avais tout juste eu le temps d’apercevoir des cheveux rares mais tout de même propres, un survêtement de très mauvais goût et une paire de baskets qui chaussaient des pieds démesurément petits pour la grande taille du spécimen qu’elles aidaient à tenir debout malgré tout. Quel goût, c’était bien parti.

Arrivé chez lui, il m’a évidemment fait les honneurs de sa magnifique maison (juste histoire de masquer à n’en pas douter un problème de virilité sous-jacent, typiquement masculin comme approche en fait… Ça donne de la bite aux types qui n’en n’ont plus l’usage.).  J’ai essayé de ne pas montrer que j’étais tout de même impressionnée par une si belle demeure. Ensuite il s’est mis au piano, comme s’il voulait réussir au mieux un examen de passage que je ne lui avais résolument pas demandé de passer. Son cas semblait trop lourd pour que je ne me risque dans cette voie. Pour terminer, il m’a longuement parlé de ses ex. Génial comme vous pouvez l’imaginer, et tout à fait engageant pour une première rencontre. Mais bon, Yiórgos avait fait de même. Il semblerait que ce soit un classique du genre.

[...]

( Extrait de Mythomania sur le Net, roman en vente sur : amazon.fr,  fnac.com, chapitre.com.

Vous pouvez également cliquer sur ce lien pour le trouver :

http://www.edilivre.com/catalogsearch/result/?q=mythomania+sur+le+net  )

couverture-1ere-de-couv-mytho-edilivre

 

Extrait n° 1 du roman  » Mythomania sur le Net  » paru en octobre 2013

Posté : 6 décembre, 2013 @ 6:32 dans Extraits de romans déjà parus | Pas de commentaires »

LA QUÊTE DE L’HOMME IDÉAL…. (pp. 34-35)

[...]

Bon, je vais continuer à parfaire ma fiche. Quels sont mes critères de recherche ? Je dois à tout pris remplir cette page relative à ma quête de l’homme idéal. On va cadrer large : « Âge : 50-58 ans, Taille : entre 1,75 m et 1,85 m. Poids : entre 75 et 85 kg. Silhouette : un peu ronde (sinon je risque de n’avoir personne en ligne). Cheveux : courts ou longs (évidemment sur un mec qui ne se lave pas, je me dis que cela ne doit pas le faire des cheveux longs, alors je dirais « rasés », ce sera plus net ! Net sur le Net, hahaha, je me marre décidément. Toujours ça de pris). »

 On ne me demande pas si je le désire beau ou bien moche. Tiens, je me demande pour le coup s’il reste quelques beaux spécimens en réserve sur ce marché virtuel de rencontres. Je continue.

 « Niveau d’études », là je fais fort ; je précise que j’insiste sur le fait que l’homme de ma vie ait le niveau « de bac + 3  à bac + 5, voire + + 

 « Le degré d’humour » ? J’ai beau chercher je ne trouve pas de rubrique à ce sujet. C’est dommage, c’est si important ! Ce serait bien de trouver un type marrant avec qui on pourrait délirer un max sur le chatt en folie de ces amours mythociens

 « Nationalité : indifférent. Pays : on a dit qu’on tablait large, je ne vais donc pas me limiter à ma région. Religion : je décide de tout cocher en insistant sur la mention non pratiquant  (il ne faut pas abuser, je n’ai pas envie qu’on me demande de me convertir au bouddhisme et encore moins de me retrouver avec un tchador scotché sur la tête). »

 Et James melchior_007 insiste et je dégage James et Melchior à la fois. J’ai opté entre temps pour le signe de la vierge. Ce Roi Mage avec la longue barbe qu’il affiche sur la page de son profil ne semble pas comprendre qu’il devrait me laisser tranquille dans un moment aussi important que celui-ci, ce moment crucial où je remplis la fiche de renseignements concernant le mec idéal, celui dont je rêve : l’Homme parfait en somme. Oui, je sais, c’est un mythe, mais on peut toujours rêver, non ? [...]

 

( Extrait de Mythomania sur le Net, roman en vente sur : amazon.fr,  fnac.com, chapitre.com.

Vous pouvez également cliquer sur ce lien pour le trouver :

http://www.edilivre.com/catalogsearch/result/?q=mythomania+sur+le+net  )

 

Nuit d’hiver

Posté : 6 décembre, 2013 @ 6:12 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

 

Dans la nuit de l’hiver la pluie verse son urne

Sur la rivière en pleurs qui flanche sous la  peine

C’est le soir qui se noie débordant sur la plaine

Les étoiles trempées s’éteignent une à une

 

Le vent en rafales s’infiltre entre les branches

Le spleen larmoie, l’obscur gémit sa solitude

Et, dans la cheminée un feu par habitude

Tente de réchauffer l’heure aigrie qui s’épanche

 

L’hiver se déchaîne saupoudre d’un manteau

De neige la plaine qui s’endort dans le soir

Remettant à demain l’aurore d’un espoir

Tout se calme s’endort au pays de Watteau

 

©  Monique-Marie Ihry    -  6 décembre 2013  –

Texte déposé

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour