Dans le Jardin des mots

Poésie et prose, prose et poésie, au gré des mots, au fil du temps…

Archive pour août, 2012

« Après-midi de mai », poème commenté par le Pr. Mohamed Salah Ben Amor

Posté : 31 août, 2012 @ 2:03 dans Critique littéraire, Extraits de recueils de poésie de l'auteure, poèmes d'amour, Poèmes en français | Pas de commentaires »

soledad.jpg

(toile de l’auteure)

 

 

Elle avait ce je ne sais quoi

qui vous met les sens en émoi.

Sa bouche avait un ton cerise,

de celles que l’on cueille en mai.

Je la peins fort déshabillée,

lui fis la pose émerveillée

comme si elle regardait

l’ange dont elle était éprise.

Sa taille fine soulignée,

la chevelure dépeignée,

elle attendait son bien-aimé.

Dans l’après-midi  parfumé

l’amante avait un rendez-vous…

 

©  Monique-Marie Ihry    -  31 janvier 2012  - Poème extrait du recueil de poésie grivoise intitulé  » Délices   » en vente sur amazon.fr , réédition juin 2018

* * *

 Commentaire :

« Trois éléments attractifs contribuent, dans ce nouveau mini-poème, à fasciner le récepteur, qu’il soit lecteur ou auditeur pour le cas où il serait déclamé. Le premier est le sous-thème abordé appartenant au thème général de l’éternel féminin et qui est  le recours  par tous les moyens de la part des filles d’Ève  pour plaire  à l’homme,  par l’embellissement de  leur  aspect externe (la bouche avait un ton cerise   fort déshabillée   pose émerveillée  sa taille  fine  soulignée  la chevelure dépeignée), sachant que les individus de sexe masculin sont plutôt visuels en amour. Le second est expérimental et consiste à faire chuter  les frontières entre la poésie et la peinture (je la peins  lui fis, …) grâce au don double de l’auteure. Et cela s’est matérialisé  par l’exécution d’un tableau en mots ou, si l’on veut, par l’écriture d’un poème avec des traits et des couleurs mentales imaginées. Le troisième, enfin, est la narrativisation du poème  par l’usage de deux procédés utilisés dans  la littérature narrative  moderne : l’un est la description graduelle du personnage  empruntée au cinéma et l’autre est le  dévoilement, tout à la fin du poème, du petit secret de l’héroïne  qui est  d’avoir un rendez-vous.

Grâce à  la mise en fonction très mesurée et finement dirigée vers des objectifs esthétiques bien précis  de toutes ces techniques réunies, l’auteure nous a gratifiés encore une fois  d’un véritable joyau. »

Mohamed Salah Ben Amor

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour