Dans le Jardin des mots

Poésie et prose, prose et poésie, au gré des mots, au fil du temps…

Archive pour juillet, 2010

Poètes oubliés

Posté : 10 juillet, 2010 @ 4:07 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

dscf0936.jpg

 ©  M.M. Ihry  » Ecritures anonymes  « (huile sur bois) – 2004 -

               Poètes oubliés

À la recherche de l’exquise beauté

et surpris par l’absence

de livres de poésie dans une librairie,

vous interrogez en désespoir de cause

un vendeur qui vous renseigne

avec la mauvaise grâce de circonstance :

«  Poésie, vous avez dit poésie ?

Vous savez, nous n’en vendons guère ces temps-ci,

suivez-moi, je vais bien finir par vous en trouver quelques-uns… »

Dans un coin, sur une étagère située bien en haut,

tout en haut, au-delà du regard

ou bien encore en bas, tout en bas,

en-deçà du lisible,

quelques vers rares

se retrouvent condamnés à l’exil

sur le rang banni des parias.

Les poètes sont devenus hélas

les parents pauvres d’un art majeur

que l’on classe désormais volontiers

au rang meurtri des oubliettes !

Dans le palmarès de l’actualité des ventes

rentables et de ce fait prioritaires

Victor Hugo, Baudelaire, Neruda,

Aragon, Rimbaud et Lorca se trouvent

isolés,

bien loin des têtes de gondoles

où se pavanent en pleine lumière

des nuances de gris en tout genre…

 

             ©  Monique-Marie Ihry    -  9 juillet 2010  - 

 

Charme périgourdin

Posté : 8 juillet, 2010 @ 7:57 dans Prose poétique | 2 commentaires »

vasilmaison.bmp

(Photo Vasil Qesari)

 

Charme périgourdin 

 

Une petite porte ouvre sur le jardin. Sur le côté, un pot de géranium au rouge chaleureux ajoute au charme de l’endroit. Tout semble si calme et paisible, rien ne bouge.

Une glycine pare harmonieusement la façade qui s’épanche dans la douceur de l’après-midi, confère à cette atmosphère un air empreint de douce quiétude.

Des volets entrouverts tendent leurs bras accueillants vers un passant égaré en quête de repos.

Les vitres d’une fenêtre reflètent le ramage automnal d’un châtaignier centenaire dont l’ombre projette avec infinie douceur un feuillage éphémère.

Des feuilles dorées parcheminent le sol.  Elles forment un tapis confortable, une invitation à pénétrer dans cette demeure du Sud au charme ineffable.

 

©  Monique-Marie Ihry    – 8 juillet 2010  - 

 

 

Rencontre

Posté : 8 juillet, 2010 @ 10:50 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français, Vidéos | Pas de commentaires »

 

baisercinma.jpg

 

 

 http://www.youtube.com/watch?v=yucO229mYO8

Rencontre

 

Vous étiez beau Monsieur sur le pas de la gare    

Quand je vous vis un soir sur le seuil de mon cœur.     

Je vous vis ce soir-là, sur le quai du hasard         

Caressant cet espoir d’un futur bien meilleur.         

 

Vous voguiez sur les flots de rêveuses pensées.    

Je commandai un thé d’une voix cadencée,       

Vous vous approchâtes doucement de ma table  

Et le soir tout à coup se berça d’ineffable…        

 

Bel homme grand, port digne et ce charme serein,     

Firent chavirer mon cœur, verser mon destin.    

Sur les marches du ciel, vous m’avez embrassée, 

Sur l’autel de l’amour vous m’avez embrasée…     

 

Vous étiez beau Monsieur au buffet de la gare   

Cette nuit d’infini où par le biais du hasard,     

Caressant cet espoir d’un futur bien meilleur

Je vous vis arriver sur le quai de mon cœur ! 

 

Monique-Marie  Ihry  – 16 janvier 2010  -

Extrait de recueil de poésie de l’auteure

 

 

 

L’instant

Posté : 2 juillet, 2010 @ 4:53 dans Extraits de recueils de poésie de l'auteure, Poèmes en français | Pas de commentaires »

linstant.jpg

L’instant 

Le crépuscule somnole dans la vallée

La pluie de l’ennui peu à peu s’en est allée

Et, par-delà les allées qui mènent à l’étang

Le bois sommeille dans cette paix de l’instant.

Une lune éclose pareille à une fleur

Poétise la nuit, diffuse son bonheur.

Le vent qui gémissait dans les arbres décline

Sa plainte dans l’azur du soir qui s’illumine.

Dans le ciel apaisé un éclat vespéral

Dépose sur l’étang  son voile floréal.

Assis sur le banc aux rêves enamourés

Deux amants émus l’un contre l’autre serrés

Composent l’avenir, conjuguent cet instant

Sous le regard béni d’un prochain printemps

 

©  Monique-Marie Ihry    -  2 juillet 2010  -

Extrait du recueil de poésie  » Le coeur d’Ana  » paru en février 2013

 

 

 

 

 

 

Au fil des mots |
Entre deux nuages |
Lectures d'haabir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | j'ai "meuh" la "lait"cture
| Les Chansons de Cyril Baudouin
| Malicantour